Abou Hafs ou la parfaite intégration d’un salafiste

On peut dire qu’il a réussi son intégration sociale. Depuis sa sortie de prison, Abdelwahab Rafiki, alias Abou Hafs, devenu entre-temps secrétaire général adjoint du PRV, ne tient presque plus en place.

De conférence en colloque, au Maroc et à l’étranger, il ne cesse de vendre l’image d’un ancien détenu salafiste qui, après maintes révisions, n’hésite plus à défendre des idées et des positions diamétralement opposées à celles qui étaient les siennes avant. Son récent passage à 2M à l’occasion des douze ans des attentats terroristes du 16 Mai a été une nouvelle occasion pour se montrer sous un nouveau visage.