à‰lections locales : fini les campagnes traditionnelles !

Le ministère de l’intérieur vient de remettre trois avant-projets de loi portant sur les prochaines élections.

Le premier fixe les modalités d’élection des membres des Conseils communaux et régionaux. Ainsi, la nature de scrutin oblige, on n’assistera plus aux campagnes électorales traditionnelles, de même que la procédure de vote sera simplifiée aussi bien au niveau urbain que rural. Le vote se fera à l’aide d’un seul bulletin et le dépouillement des voix relatives aux élections régionales se fera après celui des voix portant sur les élections des conseils communaux. Les préfectures et provinces seront considérées comme circonscriptions électorales pour les élections régionales et les listes de candidature comporteront deux parties dont une réservée exclusivement aux femmes (qui représentent au moins 30% des sièges).

Sur un autre volet, et c’est l’objet d’un deuxième avant-projet, il sera permis aux unions de partis de présenter des candidatures communes sans risque d’être lésées aussi bien au moment du dépouillement des bulletins de vote que lors du versement des subventions de l’Etat. Une initiative applaudie notamment par la Fédération de la gauche démocratique (PSU, CNI et PADS) et au sein de la mouvance populaire (MP, MDS, PRE…). Le dernier texte apporte des précisions quant à la répartition des sièges de la deuxième Chambre (120 sièges). Si pour les collectivités territoriales, les Chambres professionnelles et les représentants des salariés, la répartition ne pose plus de problème, la question reste encore posée pour les représentants des organisations professionnelles des employeurs. Le ministère n’a pas encore fixé celles qui sont considérées comme les plus représentatives.