4 300 hectares de carrières exploitées par les cimentiers

Ciments du Maroc en détient 64%.

Parmi les centaines d’exploitants de carrières figurant sur la liste dévoilée récemment par le ministère de l’équipement, certains retiennent l’attention plus que d’autres. C’est le cas notamment des grands cimentiers. Selon les calculs de La Vie éco, ces derniers exploitent en tout plus de 4 300 hectares de carrières réparties entre près d’une quarantaine d’exploitations. Quand on sait que la tutelle recense plus de 1 885 carrières en tout, on ne peut pas vraiment dire que ces industriels soient des plus voraces en termes d’activité d’extraction. Qui plus est, comme  le rappelent souvent les cimentiers, leurs exploitations se veulent parmi les plus saines, à savoir qu’elles sont génératrices d’investissements et qu’elles tentent de minimiser l’impact environnemental. Il n’empêche, ces opérateurs extraient près de 5,2 millions de tonnes et 9,3 millions de mètres cubes de matériaux divers (gravettes, calcaire, argile…) chaque année. Du moins, c’est ce qu’ils déclarent.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce n’est pas Lafarge Maroc, leader du marché, qui est le plus gros détenteur de carrières mais Ciments du Maroc. Ce dernier exploite en tout 2 803 hectares, soit plus de 64% de la surface totale exploitée par les cimentiers. Lafarge Maroc arrive loin derrière avec seulement 825 hectares. Cependant, le français semble exploiter sa superficie de manière plus intensive que les autres opérateurs : le groupe extraie de ses carrières près de 50% de ce qu’extraient les cimentiers au total. Holcim arrive en troisième position avec 336 hectares de carrières exploitées, non loin d’Asment Temara (207 hectares). Ciment de l’Atlas, le dernier arrivant sur le marché, détient pour sa part une superficie de 181 hectares.