17 640 certificats médicaux parvenus au Ministère de l’Education nationale durant la 2ème moitié de 2012

Le secteur de la médecine privée représente la première source des certificats médicaux en totalisant 9 644 certificats, au moment où celui de la médecine publique en constitue la deuxième avec 7 833 certificats.

Quelque 17 640 certificats médicaux sont parvenus au ministère de l’Education nationale (MEN) durant la période allant du 24 juin au 24 décembre 2012, totalisant 55 852 journées de maladie.

Un communiqué du MEN précise que 16 743 certificats médicaux, dont le système informatique a assuré le suivi, concernent le corps enseignant, pour un total de 53 328 journées de maladie.

Le plus grand nombre de certificats a été enregistré dans la région de Souss-Massa-Drâa (4 036 certificats médicaux), alors que le plus faible concerne la région de Oued Ed-Dahab-Lagouira avec seulement 15 certificats médicaux, ajoute la même source.

Au niveau des délégations, celle de Taza enregistre le plus grand nombre de certificats médicaux avec 1 943 certificats, suivie de Salé (1 026) et El Jadida (933).

Selon des statistiques enregistrées durant cette même période, la médecine générale a délivré un total de 11 061 certificats médicaux qui se sont déclinés en 5 267 certificats remis par le secteur privé, 5 737 octroyés par le secteur public et 59 accordés par celui de la médecine militaire.

Le communiqué relève que le secteur de la médecine privée représente la première source des certificats médicaux en totalisant 9 644 certificats, au moment où celui de la médecine publique en constitue la deuxième avec 7 833 certificats.

Le système informatique a en outre saisi 7 328 certificats médicaux venant du milieu rural et 10 312 du milieu urbain, soit une moyenne de 58,46% du total des certificats médicaux.

Le communiqué fait remarquer que certains médecins ont délivré un nombre élevé de certificats médicaux dans certaines régions du royaume comme le cas d’un médecin qui a délivré à lui seul 229 certificats, une situation qui a poussé le ministère à adresser une correspondance à ce sujet aux parties concernées.