Foot et géopolitique…
8 juin 2018
Nabila Fathi (29 articles)
Partager

Foot et géopolitique…

L’Arabie saoudite n’a aucune raison de défendre le dossier américain n’eût été la géopolitique. son objectif est, D’une part, de se rapprocher des Américains, et, d’autre part, de punir le Maroc pour sa neutralité dans le dossier du Qatar.

Le soulagement n’a été que de courte durée. A peine l’épineux test de la Task Force passé et la tant redoutée note éliminatoire finalement évitée que le Maroc subit un coup dur qui peut même être fatal pour son dossier.

L’Arabie saoudite, via Turki Al Sheikh, président de la Fédération saoudienne de football et conseiller au Cabinet royal, a affirmé que son pays votera pour la candidature du trio USA-Canada-Mexique. Selon des sources sûres, il lui a prêté également main forte pour rallier des voix d’électeurs asiatiques membres de la FIFA. Un apport qui peut s’avérer décisif pour le dossier américain ce mercredi 13 juin.
Sur le plan bilatéral, le Maroc ne peut que ressentir de l’amertume d’autant plus que, très récemment, la Ligue arabe et l’Organisation de la coopération islamique ont voté à l’unanimité des résolutions d’appui à la candidature marocaine, avec l’engagement de la soutenir. Plus encore, en avril dernier, le Sommet arabe avait décidé à l’unanimité de soutenir le Maroc et cela s’est passé à Dhahran en… Arabie Saoudite.
Que doit-on conclure de cette volte-face? La position saoudienne apporte la preuve que le vote pour le Mondial 2026 sera géopolitique. Malgré les interdictions clairement exprimées dans les règlements de la FIFA, la géopolitique dicte les voix. L’Arabie saoudite n’a aucune raison de défendre le dossier américain n’eût été la géopolitique. Son objectif est, d’une part, de se rapprocher des Américains, et, d’autre part, de punir le Maroc pour sa neutralité dans le dossier du Qatar.
Toujours est-il qu’à quelques jours du verdict, le Maroc risque de perdre.
S’il est éliminé de cette manière, c’est une victoire pour lui. Utiliser les pratiques les plus condamnables pour le faire tomber, avoir besoin de nouer une alliance entre la puissance mondiale et le géant arabe pétrolier pour faire échouer sa candidature est une preuve de la force du Maroc, qui a également été, ne l’oublions pas, soutenu par de grands noms et des légendes du football. Une défaite dans ces conditions aurait un petit goût de victoire. Mais une piètre consolation pour tout un peuple féru de ballon rond.