L’asthme pendant les vacances
3 août 2009
Lavieeco (25427 articles)
Partager

L’asthme pendant les vacances

Carnets de suivi quotidien, pesée des dispositifs d’inhalation, comptage des conditionnements vides, dosage sérique des médicaments et contrôle de dispensation par les pharmacies, outils d’observance thérapeutique de l’asthme.

De façon générale et plus particulièrement en cette période de l’année, dominée par les voyages, donc par l’indiscipline des patients vis-à-vis des prises thérapeutiques et des mesures d’hygiène, de nombreuses pathologies chroniques, comme la maladie asthmatique, bien équilibrée en temps normal, risquent d’être déséquilibrées en ces périodes de repos. C’est la notion d’observance thérapeutique.
Dans un travail scientifique élaboré par les services de pneumologie, de chirurgie thoracique et de pédiatrie «2» du CHU Ibn Sina de Rabat, l’observance est le degré de concordance entre le comportement d’un sujet en matière de prises de traitements, du suivi des régimes ou de changement de mode de vie et les prescriptions et recommandations médicales. Selon cette étude, l’appréciation de cette observance en pratique courante repose essentiellement sur le jugement du médecin, d’après les données obtenues auprès de son patient.  Selon les premières conclusions de cette étude, il ressort que, dans le cas de l’asthme, d’autres facteurs interfèrent dans l’observance.  
La programmation régulière de consultations, l’éviction des produits allergiques et la participation à des programmes d’éducation. Cependant, l’inobservance pose problème lorsqu’elle est associée à un mauvais contrôle de l’asthme, lorsqu’elle survient chez un malade à risque ou lorsqu’elle conduit à une surenchère thérapeutique. Il ressort qu’il existe plusieurs types de non-observance, qui peuvent être intriquées: prise régulière des traitements, mais à des doses inférieures à la dose prescrite, omission d’une partie des prises et suivi du traitement par périodes entrecoupées de période d’arrêt. Tous ces points soulignent l’importance d’un partenariat entre le médecin, le malade et sa famille, quand il s’agit d’un enfant.
L’étude fait ressortir les principales méthodes de mesures de l’observance que sont les dires du patient, les carnets de suivi quotidien, l’opinion du médecin, la pesée des dispositifs d’inhalation ou le comptage des conditionnements vides, les relevés de consommation, les mesures biochimiques par le dosage sérique des médicaments ou de leurs métabolites, le contrôle de dispensation par les pharmacies et enfin par des dispositifs électroniques intégrés aux systèmes d’inhalation. L’étude a conclu que la prise en charge psycho-éducative augmente l’observance de 82 à 93%. Deux autres moyens ont été mis en exergue dans l’amélioration de l’observance, la simplification des schémas thérapeutiques et l’amélioration de la communication entre les services d’urgence et le médecin traitant. Cette dernière condition augmente les chances d’observance des conseils chez les malades sortant des urgences. Pour le Pr. Taoufiq Fassy Fihri, chef du service de pneumologie du CHU Ibn Sina, «l’identification de tous les éléments aggravants ou déclenchants de la maladie asthmatique reste fondamentale afin de les éviter et les traiter. Néanmoins, précise-t-il, cette pathologie peut survenir sur un terrain particulier, posant alors de véritables problèmes de diagnostic, de prise en charge et d’inobservance thérapeutique».