Emploi, santé, enseignement : la feuille de route du RNI
26 février 2018
Tahar Abou El Farah (976 articles)
Partager

Emploi, santé, enseignement : la feuille de route du RNI

La formation, l’orientation, l’auto-entreprenariat et l’investissement privé sont les éléments clés pour combattre le chômage. Le RNI propose des mesures réalisables pour l’école publique, depuis le préscolaire jusqu’à l’université. Centres de santé de proximité, médecin de famille, nouveau statut professionnel et un cadre contractuel pour les médecins pour une réforme de la santé.

Emploi, éducation et santé. Ce sont les maîtres-mots qui reviennent, depuis plusieurs mois, dans le discours du RNI. Le parti avait promis de réfléchir à des solutions aux problèmes, structurels il faut le dire, que connaissent ces trois secteurs. Il tient sa promesse. Et c’est un véritable programme de refonte de ces trois secteurs qu’il s’apprête à annoncer ce samedi à Agadir. Depuis le premier congrès régional tenu à Tanger, le 3 décembre, le RNI n’a pas tari de propositions concrètes adossées à une vision claire. Des propositions qui sont le fruit d’un dialogue interne, mais également d’une réflexion dans un cadre participatif, lancé par le parti. Et ce, dans l’objectif d’étudier tous les moyens possibles afin d’améliorer l’enseignement public, éradiquer l’abandon scolaire, adapter les programmes éducatifs aux besoins du marché du travail. Il était également question de proposer des solutions pour éliminer le chômage et créer des opportunités d’emplois, et des solutions pouvant améliorer la qualité et la gouvernance du secteur de la santé. Pour le RNI, il est impératif aujourd’hui d’initier un débat rationnel afin d’aboutir à des solutions pratiques et viables qui porteront leurs fruits et auront un impact sur la vie des citoyens. En même temps, le parti s’est dit mobilisé pour lutter contre les discours destructeurs et subversifs qui sont incompatibles avec la nature optimiste et positive des Marocains et leur vision quant à l’avenir de la patrie. Bref, le fruit de ce «brainstorming» à large échelle, qui constitue la vision du RNI du nouveau modèle de développement, mais également son offre sociale, a été validé par le bureau politique réuni samedi 17 février. Il devrait être adopté par le conseil national ce week-end pour être, ensuite, présenté au public. Ce qui est sûr, c’est que depuis un peu plus d’une année, le RNI œuvre inlassablement pour proposer un projet sociétal alliant croissance économique pérenne, développement durable et solidarité sociale.

Emploi : des propositions innovantes et réalistes pour un emploi décent

Dans le domaine de l’emploi, l’objectif premier du RNI est de permettre l’ascension sociale du citoyen. Ce qui passe inévitablement par l’accès à un travail décent. Celui-ci étant, en effet, un gage de dignité pour le citoyen. En ce sens, le RNI propose des solutions, réalistes et réalisables, pour lutter contre le chômage et améliorer la situation des travailleurs. Ainsi et partant de l’évidence que le secteur public est dans l’incapacité absolue d’absorber annuellement 140 000 demandeurs d’emploi, la solution ne peut être que dans le secteur privé et surtout dans l’auto-emploi. Or, la création d’autant d’emplois est, justement, possible à travers l’investissement privé. En parallèle, le RNI propose de commencer par former 5 millions de jeunes actuellement sans emploi et sans diplômes et sans savoir-faire sur cinq années. Il s’agit d’une formation professionnelle gratuite qui peut faciliter leur insertion sociale. Ces jeunes seront également encouragés à faire de l’auto-entreprenariat, ou à s’organiser en coopératives ou en groupements de services. Pour les jeunes diplômés qui n’arrivent pas à intégrer le marché du travail, le parti propose de les orienter vers des horizons prometteurs grâce à une requalification professionnelle. Pour cela, il est important d’identifier les secteurs prioritaires qui sont de nature à contribuer à la création d’emplois décents. A ce niveau, le secteur des services se révèle un «réservoir important» d’emploi. Il s’agit principalement des secteurs du tourisme, de l’artisanat et des services de proximité qui peuvent embaucher des milliers de jeunes. L’agro-industrie, le textile, l’offshoring, l’aéronautique, le transport et l’économie verte connaissent également, en ce sens, une dynamique qu’il faut soutenir. Le monde rural est, lui aussi, capable de créer des opportunités d’emploi adéquat, notamment à travers les actions prévues dans le cadre du Plan Maroc Vert et du programme de développement rural. Cela dit, il s’agit de traiter le mal à la racine. Cela, en amorçant un réel changement basé sur l’éducation des futures générations et leur encouragement à la création d’entreprises, l’innovation, et  à la prise d’initiative.

En outre, le parti suggère de lancer une réelle révolution digitale «en associant l’ingénierie de la débrouillardise et le génie marocain aux nouvelles technologies». Il a proposé dans ce sens de regrouper un grand nombre de services allant des soins à domicile aux séances d’e-learning, en passant par la plomberie et la menuiserie ou encore la relation entre voyageurs et guides. Par ailleurs, le RNI accorde une grande importance à la formation continue et appelle à mettre en place un cadre juridique dans ce sens, aussi bien au profit des fonctionnaires que des salariés du secteur privé. La promotion de la PME, à travers notamment le levier des marchés publics est, également, à même de simuler l’emploi et la création de richesses, la facilitation des procédures et l’accompagnement de création d’entreprises.

Enseignement : réformer, recadrer et rendre l’école publique plus attractive

L’éducation, le RNI en fait également un pilier, et non des moindres, du développement. Et pour la réformer, il faut commencer par le commencement. Cela devrait passer d’abord par la garantie de l’accès des enfants entre 4 et 5 ans au préscolaire. Pour ce faire, le RNI propose d’élargir l’offre à travers la réhabilitation et l’utilisation des crèches qui relèvent du ministère de la jeunesse et des sports dans les zones urbaines et les écoles dans le monde rural au profit du préscolaire. Cela de manière à ce que tous les enfants marocains, dans le milieu rural et celui urbain, puissent bénéficier du parcours préscolaire avant de passer au primaire. C’est un facteur déterminant dans leur succès. Ensuite, il faut doubler d’efforts pour mettre fin à la déperdition scolaire et pour la généralisation de l’expérience des écoles communautaires en milieu rural. Il faut également améliorer les conditions de transport et de restauration scolaire et créer davantage d’internats. Dans le même ordre d’idées, le parti propose d’impliquer les mères de familles, organisées en associations, dans la gestion des centres d’accueil et de restauration des jeunes élèves. Cette expérience présente de nombreux avantages dont l’amélioration de la qualité de l’enseignement, des conditions d’éducation et de la gestion des ressources humaines. Dans le milieu urbain, il est surtout question de réduire le nombre d’élèves par classe à un niveau raisonnable. Globalement, le RNI insiste sur le fait que la place des enfants de moins de 15 ans est soit à l’école, soit en formation professionnelle ou dans des systèmes d’éducation non conventionnelle. La motivation des cadres éducatifs est, de même, déterminante pour promouvoir la qualité de l’enseignement. Tout comme l’est, tout aussi bien, leur formation. En définitive, avoir une éducation de niveau passe par l’amélioration de son attractivité et la mise en place des conditions optimales pour la scolarisation. En outre, le RNI insiste sur la nécessité de trouver des solutions réelles, urgentes et globales à la crise que connaît l’université marocaine. Cela, à travers notamment l’amélioration de l’orientation des étudiants et l’encouragement de l’entrepreneuriat.

Santé : revoir le statut des praticiens et installer un système de médecin de famille

La santé est un chantier qui occupe une place importante dans la réflexion menée par les différents comités et organisations du RNI. C’est un fait. Là encore, les pistes de réforme ne manquent pas. L’une des idées majeures présentées par le parti est la réhabilitation du «médecin de famille», qui a fait ses preuves sous d’autres cieux, et la révision du rôle des centres de santé de proximité. Le RNI propose, en fait, une véritable feuille de route pour la réforme de la santé. Elle démarre avec la maîtrise du circuit de soins, à travers la mise en place de centres de santé de proximité, notamment dans le milieu rural. Le parti part du principe qu’un bon diagnostic et une bonne orientation des malades au niveau de ces centres de proximité pourraient leur épargner des déplacements inutiles dans les hôpitaux et surtout désencombrer ces derniers. Quant au système du «médecin de famille», il contribuera fortement à l’amélioration de l’accès aux soins. La réforme du système de santé passe également par l’amélioration de la situation des médecins. C’est certain, un médecin auquel on pourrait avoir recours au milieu de la nuit n’est pas et ne sera pas un simple fonctionnaire. C’est pour cela qu’il est impératif de réformer le statut des médecins. Le RNI va proposer justement un statut spécial pour le médecin avec la mise en place d’un système contractuel entre l’Etat et les médecins pour définir les responsabilités et engagements de chaque partie. Le RNI propose, de même, d’encourager les médecins à exercer dans les coins reculés en leur offrant les conditions de travail et des indemnités convenables. Les instances élues sont appelées, en ce sens, à soutenir ces médecins en mettant à leur disposition des lieux de résidence appropriés. L’Etat s’engagera, pour sa part, à améliorer la situation des cadres médicaux, notamment ceux exerçant dans le milieu rural, à travers un système d’indemnisation et de conditions de travail et de vie adéquates. En outre, le RNI propose d’instaurer un quota pour les étudiants de chaque Région pour accéder à la faculté de médecine dans leur Région. Et ce, à condition d’y exercer après obtention de leur diplôme. Pour le reste, il faut revoir la carte de santé et   mettre en place une maison de santé en collaboration avec plusieurs groupes médicaux. Enfin, la santé de la mère et de l’enfant est également un point sur lequel le RNI a émis des propositions intéressantes.

Mots-clés Emploi