L’esprit de famille raconté en musique
2 mars 2018
Fadwa Misk (374 articles)
Partager

L’esprit de famille raconté en musique

Dans le cadre de la 24e édition du SIEL, l’Institut français de Casablanca a reçu l’écrivain François Beaune et le jazzman Bachar Mar Khalifé, le 17 février, pour une création autour de «L’esprit de famille». Un moment de pur plaisir.

Un écrivain et un musicien se rencontrent pour une lecture musicale. L’entreprise est loin d’être aisée, car il en faut bien plus qu’un bon feeling pour que le résultat soit fluide, homogène, pour que la musique embrasse le texte et que ce dernier lui donne vie. Mariage difficile, mais complètement réussi dans le cas de ce spectacle offert par l’écrivain François Beaune et le jazzman Bachar Mar Khalife, à l’Institut français de Casablanca. C’est que les deux artistes, qui s’étaient réunis pour de courtes répétitions à Paris, ont une passion commune : le Liban.

En effet, François Beaune, qui travaille depuis des années sur la collecte d’histoires méditerranéennes, vient de sortir «L’esprit de famille : 77 positions libanaises», aux éditions Elyzad : un livre recueil sur le thème de la famille au Liban, pays d’origine de Bachar Mar Khalifé, qui n’est autre que le fils du grand artiste Marcel Khalifé. Ce dernier s’est imbibé des histoires de Beaune pour créer une musique à la fois dense et légère, donnant un ton, un fond et une cadence aux textes qui prennent vie de façon étrange, joyeuse, drôle par moments et profondément touchante tout au long du spectacle. Pour le public présent, ce fut un beau moment d’émotion et de découverte du Liban d’hier et d’aujourd’hui.

A la fin du spectacle, les deux artistes ont partagé leur propre vision de l’esprit de famille, en texte et en musique, avant d’inviter le public à exprimer des histoires personnelles, qui trouveront probablement place dans un futur ouvrage sur le Maroc.

Le Liban au quotidien

En écoutant les «positions» lues par François Beaune, on se rend compte qu’on connaît tellement peu ce pays, dont la musique et le cinéma ne nous sont pas inconnus. Connaître un pays, c’est connaître ses histoires que la grande Histoire passe souvent sous silence. Et pour cause. Jamais la vie des hommes de peu n’alimente l’égocentrique épopée nationale.

A travers ses courts récits lus des histoires de François Beaune, on découvre des aspects communs à la culture marocaine, qui se noient dans l’habitus méditerranéen : tradition, conservatisme, relations conflictuelles au sein de familles envahissantes. Mais l’on retrouve d’autres aspects intimes spécifiques au pays, qui nous projettent des images d’une incroyable netteté de la vie pendant la guerre, des conflits sunnites-chiites, des relations avec les réfugiés syriens et avant eux palestiniens…

Histoires vraies de la Méditerranée

Entre 2011 et 2013, François Beaune a entamé un travail colossal de collectage d’histoires vraies des pays du bassin méditerranéen. Il en fit une bibliothèque numérique accessible à tous sur le site www.histoiresvraies.org, où l’on peut écouter les enregistrements réels et soumettre des histoires vécues. A ce projet ambitieux se sont joints d’autres collecteurs qui verront certainement leur nombre augmenter. Le projet étant en permanente évolution, une infinité de possibilités s’ouvre aux potentiels sponsors voulant parrainer des projets de collectage d’histoires de villes ou de pays. Des histoires vraies de Casablanca, de Fès ou de Tanger seraient parfaitement appropriées pour en finir avec les clichés tenaces sur un Maroc fantasmé. C’est là tout l’intérêt d’un tel travail, dans un monde dit ouvert, plus renfermé que jamais.