Transformation digitale : entretien avec Abdelkhalek Zyne CEO d’equity, consultant en Transformation digitale
30 mars 2018
Brahim Habriche (1945 articles)
Partager

Transformation digitale : entretien avec Abdelkhalek Zyne CEO d’equity, consultant en Transformation digitale

Sur le plan interne, l’entreprise doit composer avec l’arrivée d’une nouvelle génération de salariés, dite Génération Y. La résistance vient des managers qui veillent à ce que le digital ne réduise en rien leur périmètre et leur pouvoir.

Quels sont les enjeux actuels de la transformation digitale pour les organisations ?

La transformation digitale s’impose aux entreprises sous l’effet d’une double demande, à la fois interne et externe. Sur le plan interne, l’entreprise doit composer avec l’arrivée d’une nouvelle génération de salariés, dite Génération Y. Pour cette génération, le digital est une seconde nature, avec ses propres usages et codes ainsi qu’un rapport différent aux modes de travail, à la hiérarchie, l’organisation, l’autorité et la réputation. Sur le plan externe, l’entreprise doit faire face à la digitalisation croissante de l’expérience client. Du consommateur au conso’acteur, ce sont de nouveaux réflexes et de nouveaux process que l’entreprise doit adopter. La connaissance client devient fondamentale et renvoie vers les problématiques de  maîtrise de la data à travers les outils technologiques. Les parcours clients sont désormais balisés, processés et digitalisés. Ceci suppose de la part de l’entreprise une grande capacité de changement. Il faut en effet sortir des schémas d’organisation par silos et aller vers une organisation souple et agile. Toujours sur le plan externe, l’entreprise doit affronter une autre exigence: d’une part, la nécessité de faire face à la digitalisation de ses concurrents qui peuvent ainsi réaliser une avancée stratégique décisive, et, d’autre part, s’armer contre l’ubérisation de son marché avec l’arrivée de nouveaux entrants issus directement du monde du digital avec une structure de coût plus légère et des process plus agiles.

Comment initier une réflexion autour de la question? Quelles questions se poser pour commencer ?

Quand on ne sait pas où l’on va, c’est bien de savoir d’où l’on part. Et donc la question de l’audit s’impose d’emblée. Y-a-t-il un processus de transformation digitale initié par l’entreprise ou pas? Qui le pilote? La Direction générale ? La DSI? Le Marketing ? La DRH ? Un Chef de projet dédié ? L’entreprise a-t-elle mis en place des projets innovants à même d’insuffler l’esprit de la transformation digitale de type Hackathon, Fab Lab, cellule de veille Innovation, adoption de méthodes agiles, recrutement d’experts digitaux, lancement d’outils collaboratifs, initiation de relations avec les start-up ? Quel est le niveau des compétences digitales des équipes et de quoi l’entreprise a-t-elle besoin pour se staffer ? Quels sont les services prioritaires sur lesquels l’entreprise souhaite investir ? Le marketing ? Le commercial/vente? La production ? Les RH ? Autant de questions qu’il faudra se poser au préalable avant de développer quoi que ce soit.

Quels sont les principaux freins à la mise en place d’un processus de digitalisation ?

La digitalisation soulève interrogations, résistances et peurs. L’entreprise a peur de faire le saut vers l’inconnu avec le risque de se perdre en cours de route et donc de déstabiliser son business-model qui la fait vivre aujourd’hui. Cette angoisse se retrouve au niveau des directions générales. La transformation digitale, au lieu d’être un projet stratégique d’entreprise, est alors réduite à du marketing digital : un site e-commerce, une page facebook, un outil collaboratif RH… Bref, des évolutions à la marge qui donnent une belle vitrine en externe mais n’impacte en rien le fonctionnement de tous les jours. Nous sommes alors loin de l’entreprise libérée. La résistance quant à elle vient des managers qui veillent à ce que le digital ne réduise en rien leur périmètre et leur pouvoir. Nous sommes en présence d’une vision territoriale de l’entreprise où le SI et le Marketing vont par exemple se disputer le leadership de la transformation digitale de l’entreprise. Enfin, la transformation digitale suscite de la peur chez les salariés. Il ne faut pas se tromper : nous n’avons pas tous le même rapport à la technologie. Des technophiles aux technophobes, la consommation du digital n’est pas la même chez tout le monde. En conséquence, certains salariés-surtout les plus anciens et les plus âgés- ont peur de voir disparaître leur travail et freinent des quatre fers toute action de changement. C’est la raison pour laquelle une acculturation digitale est nécessaire à tous les échelons pour apprivoiser ces peurs.

  L’élément humain est important dans toute démarche de conduite du changement. Comment accompagner les collaborateurs dans la transition digitale ?

Comme je viens de le dire, il est nécessaire d’accompagner les collaborateurs à travers un plan de formation et un coaching individuel et d’équipe. A défaut d’une appropriation par le collaborateur, la transformation digitale est vouée à l’échec.