Cadre et enseignant : la double vie
22 février 2018
Brahim Habriche (1945 articles)
Partager

Cadre et enseignant : la double vie

Motivation personnelle, recherche d’échanges, acquisition de connaissances ou tout simplement la recherche d’une notoriété académique, bon nombre de cadres et dirigeants enseignent dans les écoles et universités. Outre l’apport académique et pratique, les managers améliorent les compétences comportementales des études.

Bon nombre de cadres et dirigeants comblés professionnellement se sentent mus par un besoin de retrouver les bancs de l’école, non pas pour reprendre leurs études, mais pour enseigner.

Motivation personnelle, recherche d’échanges, acquisition de connaissances ou tout simplement la recherche d’une notoriété académique, les motivations sont très diverses. Un tour dans les écoles supérieures privées de commerce ou d’informatique donne une idée de l’ampleur du phénomène qui a tendance à s’amplifier du fait des masters et autres licences spécialisées nés des partenariats noués entre les entreprises et les universités. Cette ouverture du monde scolaire sur l’entreprise est irréversible. La sphère de l’enseignement n’est donc plus la chasse gardée des doctorants, agrégés et autres enseignants chercheurs. Marketing, finance, droit, informatique, télécommunications …, l’essentiel des disciplines sont concernées.

Pour Houcine Berbou, DG du cabinet Academus Training, «les managers et cadres viennent compléter la formation académique par leur expertise sur le terrain».

Parler le même langage

Au départ, ils intervenaient pratiquement dans l’encadrement de projets, mémoires et autres thèses de doctorat. Ils sont également présents dans la gouvernance des écoles. Ils sont associés aux décisions stratégiques, participent aux opérations de recrutement, aux contenus pédagogiques…

Qu’apportent-ils vraiment de concret ? Ils participent à la réduction de l’écart entre les exigences du monde du travail et la nature des compétences enseignées. Il faut bien le dire aujourd’hui, si certaines écoles privées et publiques arrivent à sortir du lot, c’est bien grâce à l’apport des enseignants issus du monde des affaires. Il faut dire aussi que l’idée des stages émane des entreprises afin de rapprocher les deux mondes.

Outre l’apport académique et pratique, les managers aident à développer le comportemental, domaine dans lequel le monde académique n’est pas très bien outillé. Aujourd’hui, la tendance est d’apprendre aux futurs cadres à mieux se comporter et mieux se valoriser en entreprise. C’est un gain de temps énorme qui facilite l’intégration en entreprise si ces notions sont enseignées à l’école ou à l’université.

Ces établissements recrutent directement des professionnels en passant par les réseaux, profitent du bénévolat ou se voient affecter des cadres d’une entreprise partenaire. Cette ouverture ne peut qu’être bénéfique aux deux parties. Il s’agit de pouvoir parler le même langage et d’éviter les dissonances entre les disciplines enseignées et les besoins du marché du travail, d’être plus efficace.