60% des cadres sont démotivés, selon une enquête de Rekrute
26 janvier 2018
Lavieeco (25281 articles)
Partager

60% des cadres sont démotivés, selon une enquête de Rekrute

Absence d’évolution de carrière, rémunération insuffisante et manque de reconnaissance sont les principaux facteurs de cette démotivation. Stress, fatigue, insomnie…, les cadres sont plus touchés que les dirigeants.

Le moral des cadres est en berne. C’est le constat établi par Rekrute, portail du e-recrutement, dans sa dernière enquête. Menée en décembre 2017, cette dernière a touché 2 867 personnes, principalement  des profils Bac+4, Bac+5 et plus dont 38% de femmes et 62% d’hommes. 33% des sondés sont des juniors et 27% ont une expérience de plus de 10 ans. Parmi les principales conclusions, 60% des cadres ont montré des signes de démotivation en 2017. Les principales raisons résultent d’une absence d’évolution de carrière (65% des cas), suivie de l’insuffisance de la rémunération (62% des cas) et du manque de reconnaissance (54% des cas). D’autres facteurs sont avancés, notamment le déséquilibre vie privée/vie professionnelle (34% des cas) ou encore les conflits interpersonnels (conflits avec la hiérarchie (20%) – conflits avec les collègues (10%)).

Plus inquiétant, les sondés ont manifesté leur indifférence vis-à-vis de leur entreprise actuelle (38% pour les cadres contre 24% pour les dirigeants) ou même du  rejet (12%). Toutefois, tout n’est pas morose. Ainsi, 36% des répondants ont exprimé un fort sentiment d’appartenance (contre 48% des dirigeants), et 14% sont fiers d’appartenir à leur organisation actuelle. D’autre part, 55% des cadres estiment que leur entreprise ne leur donne pas vraiment ou pas du tout les moyens d’atteindre leurs objectifs, contre 45% qui déclarent le contraire.

25% des cadres trouvent leur vie professionnelle décourageante

Le manque de moyens impacte donc directement la motivation des cadres. Par ailleurs, l’enquête a concerné le développement professionnel des cadres et leur bien-être au travail. Selon les répondants, 69% des entreprises ne prennent pas de mesures pour améliorer le bien-être des cadres. Seulement 18% des cadres trouvent leur travail agréable et 10% estiment que leur vie professionnelle est stimulante, face à 25% qui la voient décourageante et 19% épuisante. Pour les mois à venir, 44% des cadres sont plutôt optimistes et 35% sont plutôt pessimistes, 13% sont très pessimistes et seulement 8% seraient très optimistes. D’un côté, 33% des cadres sont stressés, 19% sont indifférents, 8% sont malheureux et 6% sont énervés. D’un autre côté, seulement 18% d’entre eux sont heureux et 16% déclarent être sereins. L’étude a également montré que 49% des cadres ressentent du stress ou de la fatigue morale, contre 45% des dirigeants.

16% déclarent que leur travail leur procure du bonheur et du plaisir, contre 27% des dirigeants. Par ailleurs, 53% des cadres n’ont toujours pas trouvé d’équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

B.M.