12 septembre 2014
Yasmina Rheljari (364 articles)
Partager

Ces jeunes ingénieurs ne savent pas la chance qu’ils ont !

Dans notre entreprise, nous avons une majorité d’ingénieurs qui vivent leur première expérience professionnelle, ils ne peuvent donc pas benchmarker avec les pratiques des autres entreprises. Et ILS SE PLAIGNENT TOUT LE TEMPS : leur salaire, la lenteur de leur progression, les avantages… Alors que, en vérité, nous sommes parmi les entreprises les plus «généreuses» de notre secteur.
Je suis fatigué de devoir les convaincre d’autant que la mauvaise foi n’est pas non plus la dernière de leurs qualités…

Ah ! de notre temps comme les choses étaient plus simples ! Mais en même temps, avoir des collaborateurs exigeants nous permet aussi de toujours rester en éveil sans pour autant être d’accord avec tout ce qu’ils attendent de nous, n’est-ce pas ?
«Ne critiquez pas, ne condamnez pas, ne vous plaignez pas»
C’est le premier principe de relations humaines Dale Carnegie, et c’est le seul qui dit «ce qu’il ne faut pas faire»… et à JUSTE TITRE ! Car, en effet, qui a envie de fréquenter une personne qui est sans cesse dans la critique et le négatif ? Personne… Vous avez donc bien raison de prendre au sérieux cette problématique car elle peut rapidement fortement impacter l’environnement et, par là même, la performance globale de votre entreprise… Il s’agit donc de trouver rapidement des moyens d’inverser cette fâcheuse tendance de dénigrement…
Si vous êtes persuadés qu’ils sont dans leurs torts, alors lancez-vous dans une nouvelle campagne : celle qui consistera à les amener à revenir aux réalités terrains… Certes, il y aura toujours un ancien ami de la fac qui «a mieux réussi», et surtout plus vite qu’un autre… mais ce type d’exception n’est pas la norme et à l’heure de la mondialisation mais surtout du lissage des divers avantages proposés par les entreprises. Aujourd’hui, on peut dire que, finalement, tout le monde est logé à peu près à la même enseigne… Pour peu que nous sachions transmettre les bonnes informations et de la bonne manière.
Aussi, vous avez certainement un benchmark précis, puisque vous avez su vous situer par rapport aux autres entreprises de votre secteur : alors il serait peut-être temps (et ce, à l’heure où l’information n’est plus un secret pour personne) de préparer une communication claire, précise et transparente pour «remettre les pendules à l’heure» et permettre à certains d’analyser leur situation professionnelle sous un prisme de vérité et de… professionnalisme
Back to work !
Etre ambitieux est une excellente chose ! Mais l’ambition sans effort et sans responsabilisation de soi-même révèle une maladie chronique en entreprise : l’immaturité ! Si vos collaborateurs ne sont pas satisfaits de leur situation, montrez-leur en quoi et comment ils peuvent et doivent jouer un rôle à ce sujet. Expliquez ce qui est attendu d’eux, et, pour reprendre une formule connue, plutôt que de vous concentrer sur ce que l’entreprise peut ou doit leur apporter, de préférence interpelez-les sur ce que, EUX, doivent apporter à l’entreprise ! Soyez SURTOUT très clair lors des entretiens d’évaluation: n’entretenez pas ces flatteries du «Moi je suis le meilleur» que peut-être ils ont vécu ailleurs par exemple «à la maison», soyez juste ET sans concession! En d’autres termes, «déplacez le débat» d’un cahier de revendications  à un registre dépassionné et factuel.
Enfin, pensez à leur permettre de s’ouvrir sur le monde : multipliez les invitations d’intervenants même d’un autre secteur que le vôtre, les conférences et débats, et ce, pour leur donner la possibilité de quitter ce mode de vie en «silo»… Vous ne convaincrez pas tout le monde tout de suite, mais vous commencerez à inverser la tendance et permettrez à ceux qui veulent bien vous écouter avec bonne foi de VRAIMENT REUSSIR LEUR CARRIERE !