LA VIE ECONOMIQUE 7 AVRIL 1972

Le secteur cinématographique marocain est l'un des plus taxés dans le monde !

Les taxes supportées se situent entre 53% et 63% de la recette brute.

lavieeco  Avril 1972 Maroc

Le secteur cinématographique marocain est l’un des plus taxés dans le monde. Les taxes supportées se situent entre 53% et 63% de la recette brute. A titre comparatif, l’Algérie et la Tunisie ne paient que 30% de la recette cinématographique au titre des taxes. En France, les exploitants ont obtenu une diminution de leurs taxes de 31% à 14%. En Angleterre, 0,50% est perçu par les impôts juste à titre de contrôle. Le manque de soutien des autorités gouvernementales entrave le développement du secteur.

Par ailleurs, le nombre de salles de cinéma est limité, par rapport aux pays voisins, soit 240 contre 400 en Algérie, en raison notamment de l’indisponibilité d’une législation adéquate en vue de stimuler les investissements et du poids des charges fiscales.  Néanmoins, en dépit de cela, le centre cinématographique a réussi à produire trois longs métrages. Mais les recettes peinent à couvrir les montants investis.

Dans ces conditions, la production est timide. Elle devrait être encouragée à travers la promulgation d’un code cinématographique  qui prévoit la détaxation de tous les films, la mise en place d’accords bilatéraux de co-production et la création d’une commission en charge de soutenir les projets à vocation internationale.

La Vie éco
www.lavieeco.com

2012-04-11

Authentifiez-vous pour ajouter un commentaire
Météo Casablanca © meteocity.com