Formation continue : Le coût des formations proposées reste élevé
3 février 2018
Ibtissam Benchanna (777 articles)
Partager

Formation continue : Le coût des formations proposées reste élevé

Il existe de grandes différences de prix entre les établissements. Le coût d’un MBA peut atteindre 300 000 DH. Les candidats préfèrent financer eux-mêmes leur formation pour garder leur liberté professionnelle.

Suivre un MBA nécessite des moyens financiers parfois colossaux. Et plusieurs candidats sont prêts à miser gros pour booster leur carrière. Le coût final de la formation, frais d’inscription, ouvrages, déplacements… compris, peut se monter à une bonne centaine de milliers de DH, en fonction des écoles. L’accent est surtout mis sur la réputation, vu que plusieurs établissements lancent ce type de formations sans pour autant répondre aux critères unanimement imposés. Rappelons que l’appellation MBA n’est pas protégée et ne répond à aucun cahier des charges prédéfini, contrairement aux autres formations du cycle supérieur.

Pour donner un ordre de grandeur, le MBA de HEM, qui est assez prisé par les cadres, coûte 130 000 DH pour une formation qui dure 18 mois. L’international MBA de ESCA Ecole de management se situe au même niveau de prix qui couvre la participation aux séminaires thématiques et internationaux, les frais de pause et repas pris en commun, les documents pédagogiques, l’accès à la bibliothèque en ligne ainsi que l’hébergement pendant le séminaire international. A noter que les frais de voyage et de transport restent à la charge du participant. Pour leur part, les MBA proposés par l’UIC et l’IUR se limite à environ 60 000 DH. Parmi les écoles étrangères implantées au Maroc qui offrent un diplôme délocalisé, l’Executive MBA de TBS Business School et Emlyon va chercher dans les 160 000 DH pour la 1ère et 300 000 DH pour la seconde. Les écoles publiques marocaines comme l’EHTP et l’ESITH proposent, elles, des MBA dont le prix tourne autour de 180 000 DH.

S’il y a bien une tendance qui se dégage en prenant en compte le paramètre prix, c’est qu’ils vont crescendo d’année en année. De quoi décourager certains à suivre cette formation, ou, au contraire, stimuler d’autres à garnir leur CV par l’obtention d’un MBA, pensant qu’il est sélectif avec une formation unique qu’ils ne peuvent trouver ailleurs. Il faut bien noter que depuis quelques années un aspect marketing par le prix pousse les candidats à choisir tel ou tel établissement pour un MBA. «Un produit plus cher peut être limitatif au niveau de l’accès. Ce qui pourrait encourager certains qui en ont les moyens à y investir pour plusieurs raisons, dont le nombre restreint de candidats à obtenir le diplôme», explique un professeur universitaire.

En tout cas, les écoles restent unanimes sur un fait : les MBE ne sont pas aussi chers que l’on croit. Les prix couvrent à peine les charges liées à la formation et la mobilité de certains professeurs étrangers dont les conditions ne sont pas les mêmes que celles des professeurs nationaux en terme de frais de séjour, de déplacement et d’honoraires. S’ajoute à cela les déplacements à l’étranger des cadres étudiants, les cours dispensés, les séminaires et conférences… Le côté business de la formation n’est pas aussi évident que cela, à en croire certains directeurs d’écoles. «Si l’on voit la chose du côté de la rentabilité, un MBA n’est pas extrêmement rentable, comparaison faite avec les autres cycles de formation du fait des nombreuses charges qui se cachent derrière», assure un directeur d’école privée.

Quoi qu’il en soit, la question du financement d’un MBA est cruciale, sachant que le retour sur investissement pour l’étudiant n’est pas automatique. La plupart des étudiants financent cette formation par leurs fonds propres. Des bourses d’études peuvent être octroyées en fonction du profil de l’étudiant et de son parcours académique ou professionnel. De même, des entreprises peuvent financer un MBA pour leurs cadres. Toutefois, cette tendance reste rare car, d’un côté, peu d’entreprises sont prêtes à accompagner un employé dans cette formation et à miser sur lui, et, d’un autre, les candidats préfèrent garder leur liberté de mobilité professionnelle. Et pour cause. Les entreprises qui financent un MBA, ou toute autre formation coûteuse à leurs cadres, leur exigent de signer un engagement de ne pas quitter l’employeur pendant une durée déterminée, qui peut s’élever à plusieurs années, alors que l’objectif même de l’obtention d’un MBA est de pouvoir prétendre à des postes de management, le plus souvent en changeant d’entreprise…