Un séisme à  la BMAO
20 juin 2003
Saad Benmansour (1059 articles)
Partager

Un séisme à  la BMAO

La BMAO est-elle au bord du gouffre ? Si cela venait à  se confirmer, ce serait un véritable séisme, non seulement pour le secteur bancaire, mais pour toute l’économie.

La BMAO est-elle au bord du gouffre ? Si cela venait à se confirmer, ce serait un véritable séisme, non seulement pour le secteur bancaire, mais pour toute l’économie. Les responsables du Crédit Agricole qui a eu la charge de reprendre la BMAO n’ont pas de certitudes sur l’état de santé de leur nouvelle acquisition (forcée ?). Ce qu’ils savent, en revanche, c’est que les comptes de la BMAO présentent effectivement des irrégularités et se dirigent vraisemblablement vers la thèse du détournement ou de la malversation. Il y a deux mois, le trou était estimé à 220 millions de DH. Mais depuis, les équipes d’audit ont continué d’éplucher les comptes et les montants manquant à la caisse pourraient s’avérer beaucoup plus importants. Une source proche du dossier, qui avait pourtant confirmé les 220 millions de DH en avril, explique tout de même que «les experts n’ayant pas encore terminé leur mission, il est aujourd’hui difficile, voire du domaine de la spéculation, d’avancer un chiffre». D’ailleurs, les experts sont obligés de rendre leur rapport avant fin juin, délai butoir accordé exceptionnellement par les autorités monétaires à la BMAO pour la publication de ses comptes. Une fois l’état de ses comptes dévoilé, la CNCA et la CDG se mettront d’accord sur la valorisation, c’est-à-dire le prix auquel sera vendue la banque. Le rapport d’audit est également très attendu par la BNDE qui n’a pas encore déposé sa déclaration auprès des impôts, le montant des provisions devant être revu à la hausse à cause de la BMAO. En attendant, le fisc, lui, a déjà mis en marche le compteur des pénalités de retard.