16 février 2007
Aziza belouas (1466 articles)
Partager

Les pharmaciens se tournent vers le Conseil constitutionnel

Les 350 pharmaciens diplômés des universités étrangères n’ont pas passé l’examen d’équivalence prévu le 25 janvier dernier. Et pour cause, 70 diplômés ont boycotté l’examen et empêché les autres candidats

Les 350 pharmaciens diplômés des universités étrangères n’ont pas passé l’examen d’équivalence prévu le 25 janvier dernier. Et pour cause, 70 diplômés ont boycotté l’examen et empêché les autres candidats d’accéder à la salle d’examen. Le mouvement de contestation dénonce le jugement du tribunal administratif rendu la veille de l’examen, soit le 24 janvier, déboutant les pharmaciens qui remettaient en cause la légalité de l’examen d’équivalence imposé par le ministère de l’enseignement supérieur aux diplômés des universités étrangères, particulièrement ceux ayant étudié dans les pays de l’Est.

Après ce premier échec, les pharmaciens ont entamé un recours auprès du tribunal administratif qui devra se prononcer le 22 février. Une séance au cours de laquelle le ministère de l’enseignement supérieur devra aussi présenter ses arguments. Du côté du ministère, le dossier est soumis à la commission sectorielle des équivalences qui devra se prononcer et décider des mesures à prendre pour assurer l’organisation de l’examen d’équivalence dans les meilleures conditions. Mais les pharmaciens n’en démordent pas et une action est en cours pour la collecte des signatures de 25% des parlementaires. Objectif : saisir le Conseil constitutionnel quant à l’irrégularité de la mesure. Affaire à suivre…