Bourse de Casablanca : les distributeurs informatiques ont la cote
3 juillet 2013
Lavieeco (25427 articles)
Partager

Bourse de Casablanca : les distributeurs informatiques ont la cote

Disway, IB Maroc et Microdata sont recommandées à  l’achat par BMCE Capital Bourse .Les ventes du secteur devraient progresser de 7% en moyenne annuelle d’ici 2016 .Le manque de liquidité, les restrictions budgétaires et la recrudescence de la concurrence peuvent toutefois limiter son développement.

Le secteur de la distribution informatique se porte bien. Boosté par le Plan Maroc Numeric dont la deuxième version est en cours de lancement, et malgré les effets de la crise qui se font toujours sentir, il a pu améliorer ses principaux indicateurs au cours des quatre dernières années. Le parc d’ordinateurs marocain est en effet passé de 2,9 millions d’unités en 2009 à près de 4,1 millions de machines en 2012, soit un taux de croissance annuel moyen de 11,5% sur la période. Ainsi, le taux d’équipement des ménages s’est amélioré de 11 points, à 43% en 2012, profitant de la baisse généralisée des prix sur cette période.
Certes, l’orientation du marché au premier trimestre de cette année semble indiquer un renversement de tendance. Les premières estimations laissent appraître une baisse de 30% en volume des ventes d’ordinateurs par rapport à la même période de 2012, tandis que les ventes d’imprimantes se seraient contractés de 40%. Néanmoins, de l’avis de BMCE Capital Bourse, qui vient de préparer une note d’analyse sur le secteur, cette baisse ne devrait être que conjoncturelle.

D’abord, le Royaume reste en situation de sous-équipement comparativement à d’autres pays plus développés, notamment la France qui affiche un taux d’équipement de 81%. La hausse du pouvoir d’achat des ménages couplée à la poursuite de la détente des prix des équipements IT devrait permettre de remédier à cette situation à moyen terme constituant, de facto, une opportunité de croissance intéressante pour les distributeurs. Le Maroc assiste également à un changement de mode de consommation de la population qui devient davantage tournée vers le numérique. Plus de 39% des foyers sont en effet connectés à Internet en 2012 et les achats en ligne ont connu une croissance exponentielle, affichant une croissance annuelle moyenne de 127% depuis 2009.

Dans ce contexte, les projections d’Euromonito anticipent une croissance annuelle moyenne des ventes d’ordinateurs de 7% pour atteindre 2 millions d’unités en 2016.

Pour les analystes de BMCE Capital, le secteur est en perpétuelle mutation tant en terme de produits et de marchés que de métiers et de commercialisation. «Dans ce domaine d’activité, les sociétés pérennes sont celles qui réussissent à se doter de suffisamment de flexibilité et de réactivité pour percevoir les changements d’orientation du marché et en faire leur cheval de bataille», précisent-ils. Selon eux, deux tendances sont à prendre en considération par les distributeurs informatiques actuellement : la migration progressive des consommateurs vers les tablettes et les smartphones au détriment des ordinateurs portables et fixes, et le développement de l’outsourcing et de l’offshoring au Maroc qui devient une destination de plus en plus prisée par les entreprises désirant externaliser leurs IT.

Hormis ces deux changements, certains écueils pourraient freiner le développement du secteur de la distribution informatique. En premier lieu, le manque de liquidité persistant sur le marché financier national, couplé au ralentissement attendu du PIB secondaire en 2013 devrait réduire la capacité d’investissement des entreprises et plus particulièrement en termes de technologie de l’information. Les coupes budgétaires de 15 milliards de DH annoncées par le gouvernement devraient également se répercuter négativement sur le secteur ; les appels d’offres étatiques étant une source importante de revenus pour les distributeurs. Enfin, l’exacerbation de la concurrence entre les opérateurs du secteur est de nature à peser sur les marges, notamment en période de morosité économique.

Quoi qu’il en soit, les analystes dressent des perspectives favorables pour les grandes entreprises du secteur, notamment ceux cotés à la Bourse de Casablanca.

Pour Diway, le chiffre d’affaires consolidé devrait croître de 2% cette année et de 6% en 2014, grâce notamment à l’amélioration des revenus des filiales et à l’augmentation des activités à l’export. Son bénéfice net part du groupe devrait, lui, progresser de 23% en 2013 et de 11,5% en 2014. Par conséquent, la société est valorisée par BMCE Capital à 239 DH par action. Elle est donc recommandée à l’achat compte tenu d’un cours actuel de 185 DH.

Même recommandation pour Microdata qui est valorisée à 139 DH par action contre une cotation actuelle de 107 DH. La société devrait réaliser une croissance du chiffre d’affaires de 5% en 2013 et de 7% en 2014, pour un bénéfice qui devrait croître de 12% cette année et de 10% l’année prochaine.
Enfin, l’action IB Maroc est valorisée à 151 DH contre un cours actuel de 105 DH, ce qui lui vaut une recommandation à l’achat. Le groupe devrait réaliser un chiffre d’affaires en hausse de 2% en 2013 et de 5% en 2014 pour des capacités bénéficiaires respectives de 6,5 MDH (2,8x) et de 9,4 millions (+44,5%).