attijariwafa bank : Un potentiel de croissance inépuisé malgré la forte hausse du cours en 2010
14 janvier 2011
Lavieeco (25422 articles)
Partager

attijariwafa bank : Un potentiel de croissance inépuisé malgré la forte hausse du cours en 2010

Malgré la forte hausse de son cours en 2010 (+50,7%), le titre Attijariwafa bank offre toujours un potentiel de croissance intéressant. Suscitant clairement l’engouement des investisseurs en ce début d’année,

Malgré la forte hausse de son cours en 2010 (+50,7%), le titre Attijariwafa bank offre toujours un potentiel de croissance intéressant. Suscitant clairement l’engouement des investisseurs en ce début d’année, l’action a terminé la première semaine de 2011 avec une progression de 11,8% pour atteindre le 10 janvier le cours de 455 DH. Les analystes ont également renouvelé leur confiance dans la valeur. Ceux de BMCE Capital l’ont reconduit dans leur portefeuille recommandé pour 2011, avec une pondération de 5%. La société de bourse estime que les perspectives de la banques restent encourageantes et lui dressent un argumentaire fondamental des plus reluisants.
Attijariwafa bank continue en effet de capitaliser sur son positionnement confortable tant sur le plan national que régional. L’établissement profite d’un large réseau de distribution (1 431 agences au Maroc toutes activités confondues). Parallèlement, le groupe poursuit sa stratégie de croissance externe, fer de lance de son développement. Cette politique s’est avérée fructueuse puisqu’elle lui a permis d’augmenter la contribution de ses filiales africaines dans ses résultats et de contrer ainsi la conjoncture économique moins favorable au niveau national au cours des deux dernières années.
Sur le plan de l’actionnariat, et eu égard au retrait de la cote des deux actionnaires majoritaires d’Attijariwafa bank (Ona et Sni), un changement du tour de table de l’établissement est fort envisageable à court terme, suite à la volonté du holding de tête d’augmenter le flottant de ses principales filiales.
Enfin, en termes de perspectives chiffrées, et compte tenu de la non-récurrence des opérations exceptionnelles enregistrées en 2009, les analystes de BMCE Capital prévoient un léger repli du Produit net bancaire (PNB) au titre de 2010 (-1,8%, à 13 milliards de DH, et +7% hors plus-values exceptionnelles de 2009). De même, le résultat net part du groupe devrait afficher une légère croissance de 1,3%, à 3,99 milliards de DH, soit +15,4% en excluant les éléments exceptionnels de 2009. En 2011, le PNB devrait se fixer à 14,4 milliards de DH, en hausse de 10,6%, drainant un résultat net de 4,39 milliards (+10%).