Un institut pour former les futurs opérateurs et techniciens de Renault Tanger
30 mars 2011
Lavieeco (25685 articles)
Partager

Un institut pour former les futurs opérateurs et techniciens de Renault Tanger

22 écoles de dextérité et 8 ateliers de formation en maintenance et des cadres administratifs. Coût : 87 MDH financés par l’Etat avec le concours de l’AFD.

Le Maroc se dote enfin de son premier Institut de formation aux métiers de l’automobile (IFMA) dont l’inauguration a eu lieu mardi 22 mars sur le site de Melloussa (Tanger Med) en présence des ministres de l’industrie et de l’emploi, mais également de Patrick Pelata, le numéro II du groupe Renault-Nissan et Jacques Chauvet, président de Renault Tanger Méditerranée (RTM).
Financé entièrement par l’Etat, avec le concours de l’Agence française de développement, l’IFMA de Tanger Med (IFMA/TM), qui s’étend sur une superficie de 5 665 m2, aura coûté 7,85 millions d’euros (87 MDH) et sera géré par RTM en vertu d’un accord de concession signé entre l’Etat et le constructeur automobile le 30 octobre 2008. L’institut, d’une capacité de 350 personnes (formateurs et personnel administratif inclus), assurera un service public de formation aux métiers de l’automobile pour les opérateurs dans plusieurs filières comme l’emboutissage, la tôlerie, la peinture, le montage… Tandis que les professionnels et techniciens de maintenance, eux, pourront suivre des modules d’apprentissage dans les domaines de l’hydraulique, la robotique, la soudure, la mécanique… On l’aura compris, il s’agira de former des compétences dans toute la chaîne de valeur de l’activité de montage automobile et même celles dédiées aux fonctions support puisque l’IFMA/TM disposera également des cours pour s’initier aux métiers connexes comme ceux des fonctions achat, logistique, ingénierie, gestion et Ressources humaines. En tout, l’institut comprendra 22 écoles de dextérité, 8 ateliers de formation en maintenance et des locaux pour la formation tertiaire et administrative. Important à noter, l’accès à cet institut de formation sera strictement dédié aux besoins de l’usine de Renault Nissan ainsi que le tissu des équipementiers locaux appelés à fournir le site.

L’Etat finance jusqu’à 6 000 euros de formation par recrue

A l’issue des formations, l’IFMA/TM délivrera à chaque bénéficiaire une attestation avec un relevé de compétences acquises selon une nomenclature élaborée par Renault et approuvée par le ministère de l’emploi. Combien la formation coûtera-t-elle ? Aucun chiffre n’a été communiqué à ce sujet. En revanche, l’on sait que l’Etat prendra en charge, au prix coûtant, les frais de formation du personnel marocain de RTM et de celui des équipementiers automobiles travaillant pour le constructeur dans la limite de 6 000 euros (3 000 en formation à l’embauche et 3 000 en formation continue) pour les profils de type «cadre» ; dans la limite de 4 500 euros (3 000 en formation à l’embauche et 1500 en formation continue) pour les techniciens ; et 2 000 euros (1 500 en formation à l’embauche et 500 en formation continue) pour les opérateurs. Cet effort financier de l’Etat durera jusqu’à fin 2014, de quoi donner le temps à l’usine de Tanger Med d’atteindre sa vitesse de croisière.
L’IFMA de Tanger Med n’est pas le seul institut de formation qui ouvrira ses portes au Maroc. Parallèlement à ce dernier, l’Etat a également démarré la mise en place de trois autres établissements du même type en partenariat, cette fois-ci, avec l’Association marocaine des industries et du commerce automobile (Amica). A compter de janvier 2012, celui de Casablanca ouvrira ses portes et pourvoira probablement aux besoins de l’unité de montage de Somaca qui produit, à côté des véhicules de marque Dacia (Logan et Sandero), des utilitaires pour Renault (Kangoo), Peugeot (Partner) et Citroën (Berlingo). A la même date, celui de Tanger Free Zone sera opérationnel et formera des profils pour les nombreuses unités installées sur place (Delphi, Yazaki…). Enfin, en octobre 2012, c’est celui de Kénitra qui ouvrira ses portes concomitamment à la nouvelle Kenitra automotive city. Il faut rappeler que le Pacte national pour l’émergence industrielle signé par le gouvernement et les professionnels, le 13 février 2009, à Fès, prévoit la création de 70 000 emplois dédiés au secteur de l’industrie automobile, un des six métiers mondiaux du Royaume. Parmi ces 70 000 emplois, 36 000 (6 000 directs et 30 000 indirects) seront créés par Renault Tanger Mediterranée.

Lavieeco

Lavieeco