Transport & logistique : Interview avec Karim Moubarik, Directeur général de Speedbox
3 février 2017
Lavieeco (25685 articles)
Partager

Transport & logistique : Interview avec Karim Moubarik, Directeur général de Speedbox

Nous avons beaucoup investi dans notre système d’information afin de faciliter la gestion des flux d’informations.

En tant que nouvel opérateur dans le secteur de la logistique de proximité, vous avez certainement dû réaliser une étude de marché. Quel regard portez-vous sur ce secteur et quel potentiel réserve-t-il à l’avenir ?

En effet, nous cherchons à avoir une connaissance du besoin de nos clients potentiels. Nous avons mesuré la complexité de ce métier, c’est pourquoi nous avons compris qu’il fallait maîtriser les procédés liés au transport, à la logistique, à l’automatisation des processus et au suivi des colis. C’est un secteur prometteur parce que structurant pour les E-commerçants et les sociétés qui misent sur leur qualité de service.

Vous pénétrez un marché où opèrent des sociétés de grande taille. Quels sont les points forts de SpeedBox qui différencient la société de ses principaux concurrents?

Nous sommes une plateforme technologique qui s’appuie sur des transporteurs existants. Nous avons beaucoup investi dans notre système d’information afin de faciliter la gestion des flux d’informations.

Nous notifions nos clients par SMS dès l’arrivée de leur colis au point relais désigné, et ils peuvent aller le récupérer quand ils le souhaitent. Nous avons apporté de la valeur ajoutée à notre réseau. Pour cela, nous nous sommes appuyés sur l’excellent maillage du réseau de notre partenaire Cash Plus, qui offre une large plage horaire d’ouverture sur toute la semaine. La qualité de la formation de leur personnel est également à complimenter car nous plaçons l’expérience-consommateur au centre de notre modèle. Notre offre est donc «complémentaire» à celle existante.

Vous n’avez pour l’instant dans votre portefeuille qu’un nombre réduit de clients, de petite taille ; début d’activité oblige. Comptez-vous élargir vos clients à de grandes structures ?

Nous avons pris le temps de faire subir à notre plateforme de nombreux tests avant de nous adresser à tout un secteur et non à un segment de prospects en particulier. Avant d’élargir notre portefeuille clients, il a fallu, d’abord, développer plusieurs compétences afin d’industrialiser nos process d’exécution. Cela dit, plusieurs partenariats seront conclus au cours du 1er trimestre de 2017.

Et si on vous demandait de nous donner une idée globale sur votre stratégie et vos perspectives (nombre de points de relais, alliance avec d’autres partenaires et élargissement de l’activité éventuellement) ?

Nous comptons élargir notre réseau pour avoir la meilleure capillarité possible sur le territoire marocain. Notre objectif est de tripler le nombre actuel de points relais avant la fin 2017. Je tiens à préciser aussi que nous sommes une société à vocation panafricaine. Notre expansion passera ainsi par la duplication de notre activité dans la région. Elargissement de l’activité certes, mais via la créativité et l’innovation, bien sûr.

Quelles sont les principales difficultés du métier de la logistique de proximité ?

La difficulté réside dans le caractère multidimensionnel de l’activité. Dans «logistique de proximité» il y a «logistique», mais il faut y ajouter les technologies utilisées dans notre plateforme, la gestion du réseau, etc. Autant de métiers différents, pointus et interconnectés dont l’alliage réussi permet d’obtenir une offre  à même d’améliorer l’expérience client et faciliter l’adoption de ce nouveau mode de livraison.

Lavieeco

Lavieeco