Tourisme interne : Accor promeut la destination Al Hoceima
15 juillet 2018
Wiam Markhouss (330 articles)
Partager

Tourisme interne : Accor promeut la destination Al Hoceima

Mercure Quemado Resort Al Hoceima affiche un taux d’occupation de 47% avec une clientèle constituée à 85% de Marocains, MRE compris. Le management est en négociation avec des TO espagnols et slovaques pour assurer des arrivées d’avril à octobre. Le Resort Al Hoceima Bay de 5 ha à la plage de Sfiha sera opérationnel en octobre 2019.

Développé par la CDG et géré par Accor depuis l’ouverture en juin 2014, le Mercure Quemado Resort Al Hoceima (121 chambres dont 10 suites) et 48 appart-hôtels est situé sur la magnifique plage de Quemado. «Nous affichons un taux d’occupation de 47% en ce début juillet. Mais nous espérons finir l’année sur de meilleures performances. Nous avons eu un mois de juin excellent. Juillet commence sur de bons auspices. Mais les difficultés se feront sentir dès octobre», déclare Mohamed Alaoui Abdellaoui, DG du Mercure Quemado Resort Al Hoceima. Le prix de la nuitée va de 900 à 1 500 DH selon la catégorie, et celui de l’appartement de 1 500 et 2 500 DH selon le nombre de chambres. C’est la raison pour laquelle le management de l’hôtel compte prolonger la saison touristique grâce aux tour-opérateurs européens. «Nous sommes en négociation avec deux TO, un slovaque et un espagnol. Les Portugais montrent également beaucoup d’intérêt. Des vols charters relieront Al Hoceima aux différentes villes concernées par les contrats de TO. L’idée est de prolonger la saison touristique estivale à plusieurs mois, d’avril à octobre», déclare M. Abdellaoui.

Al Hoceima (dont le climat oscille entre 18 degrés à 28 degrés durant l’année) dispose aujourd’hui d’une capacité de 1700 lits classés. Par avion, la ville est reliée à Casablanca par un vol quatre fois par semaine (avec escale de 20 min à Tétouan). La route la reliant à Taza étant encore en chantier sur certains tronçons, mais reste praticable. Par voie maritime, la compagnie espagnole Naviera Armas assure la connexion avec Motril (Espagne) trois fois par semaine. En haute saison, les compagnies low cost desservent la destination à partir de Bruxelles, Rotterdam et d’autres villes européennes pour répondre au besoin des MRE. «L’hôtel reçoit en effet 85% de clients marocains dont une partie de Marocains du Monde venant de France, Belgique, Allemagne et Pays-bas», rappelle une responsable de l’établissement.

Un resort de 2 000 lits achevé en octobre 2019

Outre les touristes de loisir, Mercure Quemado Resort veut aussi se positionner sur le créneau des congrès, séminaires et incentives grâce notamment à ses cinq salles de séminaires, en plus d’un spa, d’un restaurant, d’un bar, d’une discothèque et de plusieurs piscines.
Deux groupes, le premier de 300 étudiants de la Faculté privée des sciences de la santé de Rabat et le second de 1000 personnes du ministère de l’équipement, sont attendus en septembre. Ils seront répartis sur les hôtels d’Al Hoceima. Outre Quemado Resort, la CDG a développé le Resort Al Hoceima Bay (5ha) composé d’un hôtel de 91 chambres et 6 suites avec vue sur mer, sur montagne ou sur piscine, situé sur la plage Sfiha Ajdir, et de 21 appartements modernes dont le loyer est de 1 000 à 1 800 DH/nuitée. L’hôtel est géré par HRM, filiale de CDG développement.
«Cette année, à Al Hoceima Bay, nous visons un taux d’occupation de 50%. L’éclairage, l’accès à internet, à l’eau potable et l’assainissement ont été réalisés. Nos deux restaurants, nos deux bars, le spa, la discothèque et nos 25 chiringuitos sont opérationnels», déclare Abdelmalek Himdi, directeur du resort.

Les travaux d’un village de vacances touristiques (VVT) de 450 chambres et d’une résidence immobilière de promotion touristique (RIPT) sont en cours. Ce complexe d’une capacité totale de 2000 lits sera entièrement livré en octobre 2019. Dans la région, le grand projet Al Hoceima Manarat Al Moutawassit (hôpital pluridisciplinaire, renforcement des infrastructures, cité sportive, grand théâtre, barrage de Ghiss, établissements professionnels, zone industrielle…) atteint des taux de réalisation de 50 à 60% en moyenne. L’avenir semble prometteur pour la destination qui faisait jadis jeu égal avec Agadir sur le balnéaire. «Il y avait un temps où les touristes nationaux de Fès et Meknès pensaient instinctivement à Al Hoceima pour leurs vacances d’été», dit M. Alaoui Abdellaoui qui espère que la ville renouera avec ce passé.

Mots-clés tourisme