4 juin 2004
Lavieeco (25272 articles)
Partager

Nouvelle cimenterie pour Lafarge Maroc

D’une capacité d’un million de tonnes, l’unité de Tétouan II a coûté 1,2 milliard de DH n Station d’épuration des eaux, limitation des émissions,150 MDH sont consacrés à la protection de l’environnement.

Près de trois ans après le lancement des travaux, l’usine Tétouan II de Lafarge Maroc a été inaugurée, vendredi 28 mai, par le Prince Moulay Rachid en présence d’un imposant aréopage d’invités. Avec ce nouvel investissement, qui lui permettra de produire annuellement un million de tonnes de ciment en plus, le groupe a porté sa capacité de production à près de 4 millions de tonnes, ce qui lui permet d’avancer davantage ses pions au sein d’un marché où il détient 40% de parts.
Située à 10 km de la ville de Tétouan (site El Mashar), la nouvelle unité se caractérise surtout par une foule d’innovations technologiques tournées vers l’économie d’énergie et surtout la protection de l’environnement. Ainsi, la longueur du four de cuisson du clinker (ciment semi-fini) est réduite, permettant de porter à la baisse l’exigence thermique nécessaire. Dans le même ordre d’idées, 40% de la consommation énergétique de Tétouan II proviendra d’un parc d’éoliennes, construit par le groupe, et qui fournira une capacité de 10MW.

Une extension prévue dès 2005

Cette philosophie d’économie d’énergie n’est pas un souci nouveau pour Lafarge Maroc (ni d’ailleurs pour l’activité ciment en général): depuis 1995, date de création du groupe, les économies d’énergie réalisées représentent l’équivalent de la consommation annuelle d’une ville de la taille de Safi.
Côté protection de l’environnement, Tétouan II est largement pourvue. Répondant à la norme ISO 14001, la cimenterie est dotée d’une station d’épuration des eaux usées, de filtres à manches pour limiter les émissions de gaz et de poussières et d’une protection des locaux de production pour éviter les poussières diffuses. Parallèlement à cela, Lafarge Maroc s’est engagé dans un plan de reboisement sur 4 ans, afin de mieux insérer l’unité dans son environnement. En tout, le volet environnement aura absorbé pas moins de 150 MDH, soit 12,5% de l’investissement total de 1,2 milliard de DH.
Entièrement automatisée, Tétouan II, qui est opérationnelle depuis octobre dernier, emploie à peine 99 personnes (dont 50% de cadres et agents de maîtrise), à comparer avec les effectifs de l’ancienne cimenterie (Tétouan I) qui se chiffraient à quelque 170 salariés. Ladite cimenterie, continuera par ailleurs à fonctionner, non pas pour produire du ciment mais pour assurer les activités de broyage et d’ensachage du ciment produit par Tétouan II.
Cela étant, et même avec une capacité de production qui le place en tête de la concurrence, chez Lafarge Maroc on pense déjà à une extension de la capacité de la nouvelle unité. Un projet certes prévu dans les plans de départ, avec une configuration adaptée, mais qui devait normalement intervenir en 2007. Il semble que, dès janvier prochain, cette extension prendra forme. Explication: la demande croît tellement vite qu’il faut continuellement investir. Déjà, un doublement de la 2e ligne de l’unité de Bouskoura (Casablanca) est en cours pour un montant de 930 MDH. En 2003, en effet, la consommation nationale de ciment a crû de 9,3%, ce qui a permis à Lafarge Maroc d’accroître son chiffre d’affaires sur le segment de 12,3% à 2,75 milliards de DH. 2004 sera aussi un bon cru : entre janvier et avril la croissance des ventes du secteur, par rapport à la même période en 2003, est de 9%