Mobilier de bureau : Koralux bouscule la hiérarchie sur le haut de gamme
19 février 2018
Wiam Markhouss (336 articles)
Partager

Mobilier de bureau : Koralux bouscule la hiérarchie sur le haut de gamme

Le marché du mobilier de bureau est estimé à un milliard de dirhams par an. Koralux essaie de se frayer un chemin sur le segment haut de gamme estimé à 150 MDH. Sa clientèle est composée à 80% de grandes entreprises.

Les espaces de travail se transforment en espaces de vie où le confort et l’ergonomie priment parfois sur la réduction des coûts. Les grandes entreprises sont de plus en plus conscientes de l’importance d’investir dans un environnement de bureau moderne pour une meilleure productivité des équipes. OCP, TGCC, Maroc Telecom, Royal Air Maroc, Mondelez, Renault… ont toutes fait ce choix pour un ou plusieurs de leurs locaux.

En Europe, des recherches ont abouti à un nouveau classement des environnements de travail en fonction du respect de quatre exigences: concentration, contemplation, communication et collaboration. En somme, douze modes de travail différents ont été identifiés, à l’instar du solo informel, de la discrétion, du focus, du carrefour, de la formation, du brainstorming… Les environnements de travail de demain seront donc conçus de manière à respecter ces types d’aménagement qui aboutiraient à un meilleur rendement. Et le Maroc n’échappe pas à cette évolution qui a même déjà commencé. La digital Factory de Saham Assurance (un espace de 700 m2) a choisi des solutions d’aménagement basées sur des concepts tels que le flex office ou sans bureau fixe, le coworking… Ce projet a été réalisé, en 2017, par Koralux, une entreprise créée en 2010 avec un investissement de 4 MDH par Houcine Iraqi Houssaini, ex-directeur commercial chez Trarem. Avec les produits Steelcase et Haworth, Koralux (qui détient des cartes de mobilier de bureau principalement allemandes dont la marque Sedus) se bat sur un marché premium estimé à 150 MDH.

Quatre enseignes se partagent 60% du marché

La PME de 25 employés a commencé par l’équipement de la direction RH de TGCC et de la Fondation du Roi Abdelaziz Al Saoud qui lui a commandé une centaine de sièges en 2010. Puis en 2012, Maroc Telecom la sollicite pour 2 700 sièges de marque Sedus. La même année, elle investit 17 MDH dans un showroom sur la route de Zenata. S’en suivent d’autres projets tels que l’équipement du siège de Vivo Energy en 2014, ainsi que la Fondation Lalla Salma et Wafacash une année plus tard. Koralux a aussi équipé le siège social de TGCC en Sedus, la direction générale de TGCC en Walter Knoll, Kia Maroc et les locaux du fonds Africa 50… «Notre objectif est de nous positionner en tant que leader de ce segment qualitatif. Pour l’instant, 80% de notre chiffre d’affaires est réalisé avec la grande entreprise. Mais on peut aussi aider la PME marocaine à s’équiper en mobilier de qualité à des prix étudiés. On aspire à tirer le marché du mobilier de bureau vers le haut en introduisant des produits qualitatifs (moyen de gamme plus, haut de gamme, luxe et premium) de provenance européenne», déclare M. Iraqi.

Le marché du mobilier de bureau global est estimé à environ 1 milliard de dirhams. Il est contrôlé à 60% par Maroc Bureau, Trarem, Haworth et Neodis. Depuis 2010, les marques asiatiques, notamment chinoises, sont importées en masse au détriment du mobilier fabriqué en Europe. «Les coûts de stockage et de logistique des produits importés de Chine, vendus souvent en conteneur, sont imbattables. Pour notre part, nous avons opté pour une approche différente basée sur le produit de qualité, l’accompagnement et le développement durable», précise M. Iraqi Houssaini.

Le mobilier de bureau haut de gamme représente 15% du marché. Les prix sont au moins trois fois plus élevés que ceux du mobilier standard, mais Koralux compte sur l’argument de la robustesse et la garantie de 10 ans pour convaincre ses clients. «Pour la commande de 2 700 sièges livrée à Maroc Telecom il y a 6 ans, nous avons fait appel à un stock tampon. Depuis cette date, nous n’avons eu aucune réclamation de service après-vente», se félicite-t-il.

Au-delà du marché marocain, la PME a réalisé quelques opérations en Tunisie et en Côte d’Ivoire. «En 2017, notre chiffre d’affaires a progressé à trois chiffres, sachant que 2016 était difficile. Notre activité avait baissé de 35% par rapport à l’année précédente. Pour les deux premiers mois de 2018, notre carnet de commande est équivalent à la moitié du chiffre d’affaires de l’année dernière», précise le DG de Koralux. Avec deux showrooms et une direction à Casablanca, l’entreprise compte bien décrocher plus vite que prévu la première place du marché qualitatif du mobilier de bureau. Elle a déjà décroché, en ce début d’année, le marché de l’équipement en mobilier de bureau des showrooms technologiques de Maroc Telecom.