Le tourisme interne en renfort pour la saison estivale
30 juillet 2015
Anne-sophie Martin (653 articles)
Partager

Le tourisme interne en renfort pour la saison estivale

Les professionnels ont très peu de visibilité sur les arrivées de touristes étrangers. Pas de flambée des prix en perspective.

A Agadir, Marrakech et Tanger, Ramadan n’aura pas fait les affaires des hôteliers. «Catastrophique» à Tanger, «très mitigé» à Agadir, le mois sacré n’a été que légèrement meilleur dans la ville ocre. Le regard déjà tourné vers le reste de la saison estivale, les professionnels préfèrent donc rester optimistes même si les premières prévisions incitent à la modération. Les trois destinations pourraient justement sauver leur saison grâce au tourisme interne. A Agadir, qui a déjà enregistré une baisse de 25% de ses arrivées et de 27% de ses nuitées à fin juin, les arrivées de touristes étrangers pourraient être timides dans les prochaines semaines même si, comme d’habitude dans cette ville, le remplissage sera fonction des hôtels. D’ici la fin du mois, certains enregistreront un taux d’occupation de 100% quand d’autres se contenteront de 40%. «De début août au 20 du même mois, les hôtels devraient être pleins. Après cela, ce sera très variable», commente Chafik Mahfoud Filali, dont la clientèle, au Kenzi Europa, sera composée à 70% par des touristes étrangers. «D’autres sont dans la configuration inverse, avec donc 70% de touristes internes», précise-t-il en tant que président de l’Association régionale de l’industrie hôtelière (ARIH).

Le all-inclusive cartonne

A Marrakech, l’activité se porte globalement bien. «Les clubs et hôtels équipés d’aquapark et/ou proposant une formule all-inclusive seront sans aucun doute pleins. Reste que nous avons peu de visibilité concernant le marché des touristes étrangers», confie Abdellatif Abouricha, responsable communication du Conseil régional du tourisme (CRT) de Marrakech. «Nous sommes optimistes car, d’ici la semaine prochaine, les stations balnéaires de Tanger et Agadir seront pleines et Marrakech en profitera», confirme Lahcen Zelmat, président de la FNIH, constatant lui aussi un manque de visibilité du côté des arrivées de touristes étrangers. Au Nord, on table aussi sur le tourisme interne. «Les hôtels seront pleins, occupés en priorité par des touristes marocains alors que les étrangers se feront rares», indique-t-on du côté du CRT de la région. L’Office national marocain du tourisme (ONMT) et la Confédération nationale du tourisme (CNT) partiront en mission à Paris fin juillet pour rencontrer les tour-opérateurs et tenter de récupérer une partie des annulations de réservation pour la Tunisie.

En attendant, et contrairement à l’été 2014, les prix ne devraient pas flamber. «Vu la conjoncture, les prix sont très intéressants, et ce, d’autant plus que nous gagnons cette année 15 jours [d’Aïd el Fitr à fin juillet, ndlr] par rapport à l’année dernière», explique ainsi M. Zelmat. Ils peuvent néanmoins «augmenter en fonction de la demande», relativise M. Abouricha.