Fitness : les ambitions «démesurées» de l’enseigne City Club
11 janvier 2018
Ibtissam Benchanna (785 articles)
Partager

Fitness : les ambitions «démesurées» de l’enseigne City Club

Son fondateur vise 70 salles de sport et 700 000 adhérents en 2019. Pour lui, le scénario «Lady Fitness» ne sera pas répété. Entre 14 et et 30 MDH pour l’ouverture d’un City Club.

S’il y a bien un club de fitness qui s’est démarqué ces deux dernières années, c’est bien City Club. L’enseigne est montée en puissance à un rythme tel qu’elle fait parler plus d’un, notamment sur la solidité et la pérennité de son business model.

Il faut reconnaître que cette marque de fitness low cost a comblé les besoins d’un large pan des consommateurs. En effet, elle a su se positionner comme une alternative aux petites salles de sport, donnant à ses abonnés cette impression de monter en gamme, en pratiquant différents types de disciplines, tout comme dans les clubs premium…ou presque. Précisons que le marché était scindé en deux : les salles de sport de quartier et les salles premium, ce qui ne laissait pas trop le choix aux consommateurs.

Aujourd’hui, après plus de 2 ans d’existence, City Club a séduit nombre de sportifs. L’enseigne compte en effet 180 000 adhérents, répartis sur 24 clubs à travers le pays. Ce business, capitalistique à première vue, ne l’est pas tant que ça. Le fondateur de l’enseigne, Jonathan Harroch, s’est basé lors du lancement sur un modèle qui n’alourdit pas le haut du bilan. Toutes ses salles sont en location. Du coup, les seuls investissements engagés sont relatifs à l’aménagement, à l’achat d’équipements et bien entendu au développement de la marque. De plus, le matériel sportif est acquis sur le marché de l’occasion, ce qui réduit davantage le coût de l’investissement. La mise de départ tourne autour de 14 MDH pour un City Club moyen et autour de 30 MDH pour un méga club.

Déjà 250 MDH de chiffre d’affaires annuel

Avec la ruée des clients sur ses salles vu le prix attractif de l’abonnement annuel (2450DH), et compte tenu de la communication soutenue menée par le top management, à coups de promotions et de remises tout au long de l’année, la société «Healthy City Club», porteuse de la marque, réalise actuellement un chiffre d’affaires annuel de 250 MDH. Pour attirer davantage de clients, le fondateur n’a pas compté que sur les adhésions individuelles, il a aussi noué des conventions avec plusieurs entreprises privées et publiques afin de faciliter l’adhésion des employés à ses clubs de sport, sur la base d’un paiement mensuel.

M. Harroch ne compte pas s’arrêter là. Le rythme d’ouvertures de nouveaux clubs devrait rester élevé. Son réseau va dépasser la barre des 40 clubs en 2018 et atteindre 70 en 2019. Des ouvertures imminentes sont ainsi annoncées à Tanger, Agadir ,qui devra abriter le plus grand City Club du Maroc sur une superficie de 6500 m2 , et à El Jadida. Dans ces villes, le fondateur de l’entreprise prévoit de réaliser un chiffre d’affaires nettement plus important que dans les autres, compte tenu du manque de clubs sportifs et des besoins grandissants pour ce type de divertissement. La clientèle devra augmenter également pour atteindre 450 000 adhérents en 2018 et pointer à terme à 700000. Pour arriver à ses fins, M. Harroch compte adopter un plan de développement complémentaire à l’initial. Il sera basé sur des ouvertures de salles de fitness au sein des enseignes Aswak Salam (huit pour commencer), ou encore à l’intérieur des enceintes des gares ferroviaires. A cet effet, deux City Clubs seront lancés dans la nouvelle gare LGV de Rabat vers la fin du 1er semestre de cette année. Pour cela, des accords ont été conclus avec le groupe Chaabi et l’ONCF.

La qualité de service pointée du doigt

En parallèle, bien des changements seront opérés à partir de cette année, à en croire M. Harroch. Il s’agit, entre autres, du passage à la vidéo pour dispenser les séances de fitness et de l’acquisition du matériel neuf afin de renouveler l’équipement des salles déjà existantes, ayant fait leurs preuves en termes de taux de fréquentation et de fidélité de la clientèle. Il est à préciser que le matériel ancien ayant équipé ces salles devrait être installé dans de nouveaux clubs dont l’ouverture est imminente. Mais comme dans n’importe quel secteur de prestation de services, des problèmes existent. M. Harroch en énumère quelques-uns comme la qualité des prestations proposées et le turn-over du personnel. Pour un prix moyen mensuel dépensé de 200 DH, que veut le peuple, dit-on !

Quoi qu’il en soit, City Club reste une enseigne de fitness low cost qui satisfait plusieurs de ses clients. Reste à savoir si la société ne connaîtra pas le même sort que sa grande sœur Lady Fitness. Rappelons que cette enseigne, qui a fermé ses portes au bout de quelques années d’activité, avait fait parler d’elle pendant plusieurs années. Aux dires du fondateur des deux enseignes, City Club continuera à fonctionner et poursuivra son développement à travers le pays. A l’en croire, le business a été lancé dans les règles de l’art puisqu’au préalable une étude de marché sur les besoins de la classe moyenne face au sport et au tourisme a été confié au cabinet Créargie. Les principales conclusions font ressortir que plus de 2 millions de consommateurs ne sont prêts à payer que 200 DH par mois pour accéder à une salle de sport. Et c’est sur la base de ces résultats qu’a été lancé City Club avec un prix de 2 450 DH par an. Néanmoins, les nouveaux abonnés devront débourser 3 450 DH, étant entendu que les 1 000 DH supplémentaires donneront accès au multiclub et que le prix initial demeurera inchangé, mais l’adhérent n’aura droit qu’à un seul club. L’objectif est de diminuer l’encombrement dans certaines salles et de drainer plus de clientèle vers d’autres.

Le développement de la marque City Club n’est pas la seule ambition que Jonathan Harroch s’est fixée. Il vient de lancer récemment une nouvelle enseigne haut de gamme «Unique Fitness Club». Plus design, avec des prestations de qualité, mais aussi à un prix plus élevé, ce nouveau concept vise à récupérer les clients insatisfaits de City Club et qui sont prêts à payer plus pour exercer leurs activités sportives dans un endroit premium. L’abonnement annuel pour l’accès à un seul club est fixé à 4 900 DH et à 5 900 DH pour la carte multiclub Unique. Un premier club Unique a ouvert ses portes dans la cité balnéaire Oubaha près de la ville de Mohammédia et il est prévu l’ouverture de trois autres au quartier Souissi à Rabat, Bouskoura et Marrakech. Le fondateur projette ainsi l’ouverture de 20 clubs à l’horizon 2020, dont 15 en 2018 dans 12 villes, pour un nombre cible d’adhérents de 50 000. Par ailleurs, M. Harroch compte lancer un autre concept de clubs de sport dénommé «Valley». Il s’agit d’un club à vocation plutôt familiale où parents et enfants peuvent y trouver leur compte. A 10 000 DH l’année pour une petite famille par exemple, les adhérents peuvent bénéficier de plusieurs activités sportives et d’un emplacement particulier, avec un lac, un golf, des piscines… Pour ce dernier concept, le fondateur vise 25 000 adhérents pour 5 clubs dont le premier sera situé à Bouskoura.