Enfin un projet pour sécuriser la route reliant Marrakech à  Ouarzazate
9 septembre 2015
Younes Tantaoui (435 articles)
Partager

Enfin un projet pour sécuriser la route reliant Marrakech à  Ouarzazate

Le ministère a entamé un vaste programme de réaménagement de cet axe routier. L’objectif est non seulement d’améliorer la connexion entre deux grands pôles touristiques, mais surtout de sécuriser l’un des axes les plus meurtriers du Royaume.

Le ministère de l’équipement, du transport et de la logistique s’attaque enfin au problème de la connexion routière entre Marrakech et Ouarzazate. Considérée comme l’une des plus meurtrières du Royaume, cette route souffre des difficultés géographiques dues au fait qu’elle traverse le col de Tizi n’Tichka à une altitude de 2 900 mètres. «Elle est caractérisée par l’impraticabilité de ses reliefs et ses caractéristiques géométriques très difficiles le long des 146 km», précise le ministère. En outre, cette liaison enregistre plusieurs interruptions et perturbations de la circulation que provoquent les fortes pluies et les chutes de neige en hiver et qui causent l’enclavement de cette partie du pays. Or, il est bien connu que cet axe est l’un des plus stratégiques de la région quand on sait qu’il connecte plus de 2,3 millions de Marocains au réseau routier national, et constitue une liaison importante entre deux grands pôles touristiques. Par conséquent, il était devenu indispensable de lancer un chantier de réaménagement de cette route de manière à la rendre moins périlleuse que par le passé. Aujourd’hui, les équipes du ministère de tutelle ont pris le taureau par les cornes. En tout, il va falloir un montant de 1,5 milliard de DH pour mettre à niveau cette route et les chantiers s’étaleront sur les quatre années à venir. Le ministère de l’équipement devrait mobiliser deux tiers de cette enveloppe, tandis que les provinces concernées par les travaux prendront en charge les 500 MDH restants. 

Dans le détail du projet tel qu’arrêté par les services du ministère, le réaménagement de cette connexion routière prévoit plusieurs composantes, à savoir le dédoublement de la route entre Marrakech et Aït Ourir sur une distance de 27 km, l’amélioration du tracé et l’élargissement du trottoir entre Aït Ourir et Tadart sur une longueur de 63 km, ainsi que l’aménagement de la route entre Tadart et le sommet Tichka sur 13 km. Il est également question d’améliorer le tracé et d’élargir le trottoir entre le sommet Tichka et Ouarzazate sur une longueur de 81 km, l’aménagement d’une troisième voie pour les poids lourds sur les sections à fortes pentes, et la construction de plusieurs ponts et ouvrages d’art pour fluidifier la circulation sur cette route.

Une 3e voie pour les poids lourds entre Tadart et le sommet de Tichka

Ces chantiers sont répartis en deux programmes, le premier a déjà démarré il y a quelques mois. Selon les équipes du ministère, il concerne l’élargissement et l’amélioration de la route ainsi que l’ajout d’une 3e voie de 13,5 km pour les poids lourds entre Tadart et le sommet de Tichka. En tout, la tutelle a mobilisé 175 MDH pour cette partie dont le taux d’avancement atteint déjà 20%. Fin juillet dernier, le ministère a également procédé à l’ouverture des plis du marché relatif à l’élargissement, le renforcement et l’amélioration de la route entre le sommet Tichka et Amerzcane sur une distance de 54,5 km. Ce chantier dont le coût est évalué à 372 MDH devrait démarrer dans les quelques semaines à venir, le ministère étant aujourd’hui dans la phase de préparation du visa du marché. D’ici la fin de l’année, un autre marché devrait être lancé pour l’élargissement et le renforcement de la route entre Touflihte et Tadart sur une longueur de 30,5 km et dont le coût s’élève à 366 MDH. «Le projet est en cours d’étude afin de prendre en considération les nouveautés relatives aux dégâts causés par les inondations de la saison 2014/2015», précise la tutelle.

Une fois ces chantiers lancés, le deuxième programme devrait être initié en vue de réaliser les autres composantes prévues. Dans ce cadre, il faut souligner que le ministère a consacré 150 MDH pour l’aménagement de l’entrée de la ville de Marrakech, et ce, à travers la réalisation du projet de dédoublement du tronçon reliant Marrakech à Aït Ourir sur une longueur de 27 km. La phase de préparation du lancement des travaux a même été lancée récemment. 

Quant aux autres composantes, le ministère précise que les sections concernées sont en cours d’étude exécutive, à savoir le projet de dédoublement de la route longue de 18 km, le renforcement et l’élargissement de la route sur 10 km au niveau du tronçon reliant Amerzcane à Ouarzazate avec un coût qui s’élève à 280 MDH, ainsi que le projet de renforcement et d’élargissement de la route reliant Aït Ourir à Toufliht sur 26 km, avec un coût de 182 MDH. 

C’est dire l’ampleur des travaux qui seront menés dans les quatre prochaines années. D’ici là, les pouvoirs publics ambitionnent de réduire le temps de ce trajet d’au moins une heure pour améliorer, entre autres, les synergies à développer entre les opérateurs touristiques des deux régions.