Economie

Ce que mangent les Marocains ! Lkhobz watay


60% des apports énergétiques proviennent des céréales et 11% du sucre.
Le déficit en protéines animales est de 7 grammes par personne et par jour.
Bien qu'abondants, l'huile d'olive et les fruits et légumes sont peu consommés.
Le Maroc très mal classé par rapport à des pays similaires.

Ce que mangent les Marocains ! Lkhobz watay

Le constat est plus qu’intrigant : à chaque fois que l’on consulte les statistiques mondiales de la consommation des produits alimentaires de base, on découvre que les Marocains figurent parmi les derniers du classement. Viandes, poissons, fromage, œufs, café..., pour ces produits et d’autres, la ration consommée par chaque Marocain est faible par rapport à la moyenne mondiale et à la consommation de plusieurs pays à économie et revenus similaires. On en déduit que nous nous alimentons moins bien que dans beaucoup d’autres pays et l’on se demande alors de quoi est constitué notre régime alimentaire. Une partie de la réponse se trouve dans le dernier rapport de l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) sur l’apport énergétique alimentaire dans le monde en 2007. On y apprend ainsi que les céréales principales (blé, maïs et orge) constituent 60% de l’apport énergétique alimentaire des Marocains. Maigre consolation : le Tadjikistan fait moins bien que nous. Cette place avancée à l’échelle des gros consommateurs de céréales, mais peu enviable, est confirmée par la consommation annuelle qui s’élève à 322 kg par habitant et par an.
Plus inquiétant pour la qualité de notre régime alimentaire, la part des sucres (y compris ceux compris dans d’autres aliments) dans cet apport énergétique est très élevée. Elle est de 11%. Ce qui porte la part de ces deux produits (céréales et sucres) à 71%.
Les statistiques de la FAO viennent confirmer l’anecdote selon laquelle «les Marocains vivent essentiellement de pain et de thé». D’ailleurs, la consommation nationale de ce dernier produit est une des plus élevées au monde. Mais ces chiffres révélés scientifiquement par une organisation onusienne donnent le tournis d’autant qu’on croyait que les habitudes alimentaires avaient beaucoup changé eu égard à l’importante évolution du niveau de vie. Certes, la consommation nationale s’est nettement améliorée par rapport aux dernières années. Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. «Il ne faut pas oublier que le Maroc reste encore à plus de 60% rural malgré l’existence de municipalités qui ne sont en fait que de grands douars et où le pouvoir d’achat est très modeste», explique Ahmed Ouayache, président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (Comader).
La différence entre le prix du pain et celui de la viande ou des produits laitiers ne laisse pas le choix au consommateur aux revenus limités. A cela s’ajoutent les habitudes alimentaires qui, en dépit des conditions de vie et du niveau d’instruction, tendent à privilégier la consommation des céréales. «Le pain est omniprésent dans le panier de la ménagère et on voit toujours mal comment on mangerait le plat préféré des Marocains, le tagine en l’occurrence, en l’absence de pain», nuance M. Ouayache. Autant dire que la dominance des céréales dans notre cuisine n’est pas due uniquement aux ménages à revenus modestes. La preuve : la consommation de pâtisseries fabriquées à base de ces produits est en constante progression. 
Mais il n’en demeure pas moins que le phénomène de la consommation des produits céréaliers reste largement répandu chez les habitants du milieu rural où on recourt principalement à l’autoconsommation pour satisfaire une grande part des besoins alimentaires. Fait notable à ce propos : le Maroc détient le record de la consommation d’orge à l’échelle mondiale. Il est le seul pays où la part de ce produit dans l’apport énergétique de son alimentation est aussi élevée, avec 9%. On devance largement l’Ethiopie (6%), la Lettonie (4%) et la Libye (2%), sachant que cet aliment est, dans la plupart des pays développés, réservé à l’alimentation animale.

Les autres pays du Maghreb ont un apport en protéines et en lipides légèrement plus élevé

La question qui s’impose : qu’est-ce que nous mangeons en dehors des 71% des céréales et sucres ? Pas grand- chose en fait puisque tout est infiniment réparti sur plusieurs produits. La pomme de terre représente 2% de notre apport énergétique alimentaire. Et, nouveau constat : contrairement à ce qu’on croyait, notre consommation en fruits et légumes est insignifiante. Au total, et bien que nous en soyons un grand producteur, les produits végétaux ne contribuent que par une moyenne de 5% seulement dans l’apport énergétique de notre alimentation. Même l’huile d’olive, dont nous sommes pourtant un grand producteur, est peu présente dans nos assiettes. Sa part est d’uniquement 1% alors que celle-ci est de 10% pour les Grecs, 9% pour les Espagnols et de 4% pour les Syriens. Comme quoi, même les produits dont nous disposons en grandes quantités et qui sont riches en vitamines, en protéines ou en lipides, ne sont pas assez consommés.
Quant aux produits classés nobles et riches en protéines d’origine animale, leur consommation reste très faible. Les viandes (ovine, bovine et caprine) ne fournissent que 3% de l’apport énergétique alimentaire des Marocains. Inquiétant encore lorsqu’on sait que l’apport des produits laitiers ne représente que 2%. On est loin des moyennes européennes. Même nos voisins maghrébins ont un apport en ces matières riches en protéines et en lipides légèrement plus élevé.
Cette situation aggrave le déséquilibre alimentaire. «Pour une bonne santé et surtout une bonne croissance et constitution physique, le régime alimentaire doit être équilibré entre les protéines d’origine animale, les glucides, qui proviennent généralement des fruits, légumes et de certains féculents, et les lipides» , explique un médecin nutritionniste. Or, le régime alimentaire des Marocains est en déphasage total avec cette recommandation.

Viandes, œufs, poissons encore sous-consommés

D’ailleurs, la consommation marocaine en protéines d’origine animale est estimée à 18 grammes par personne et par jour. Elle est en deçà du seuil de 25 grammes recommandé par l’OMS, soit un déficit de 7 grammes. La ration moyenne mondiale est de 29,1 grammes et celle des pays en développement est de 21,5 grammes. Les œufs et surtout les poissons qui auraient pu compenser ce déficit ne figurent même pas parmi les produits contribuant à l’apport énergétique de l’alimentation des Marocains. C’est une situation paradoxale du fait que le pays est doté d’importantes ressources halieutiques. Les 3 500 km de côtes, dont celles de l’Océan atlantique et considérées parmi les plus poissonneuses au monde, lui offrent plus d’un million de tonnes de produits alimentaires riches en protéines.
Mais, la plus grande partie des captures va plutôt à l’exportation. Seulement 180 000 tonnes sont consommées sur place. La part moyenne de chaque Marocain n’est que de 6 kg par an alors que la consommation moyenne en produits de mer dans les pays de la Méditerranée du sud est de 8,4 kg. Ce déséquilibre alimentaire aurait pu également être compensé par les viandes de volailles, accessibles à une grande partie de la population. «On ne comprend pas pourquoi les Marocains ne consomment pas beaucoup ce type de viande sachant que le poulet se vend parfois moins cher que la tomate», déplore Chawki Jirari, directeur de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (Fisa). Même les œufs, dont les prix ne sont pas exorbitants et qui sont considérés comme «une excellente source de protéines de haute qualité», selon M. Jirari,  sont boudés par le consommateur marocain.
En tout cas et même si, en ville, les Marocains sont de plus en plus conscients de l’importance de ces produits riches en protéines, il faudra beaucoup de temps pour redresser la situation. En attendant, le pain et le sucre continueront de constituer notre principal plat de résistance. Pour d’autres générations encore.

Viandes 22 kg par personne et par an

22 kg par personne et par an


La consommation des viandes atteint à peine 680 000 tonnes par an. Le Marocain consomme en moyenne 22 kg par an. Mais comparée aux autres pays, elle reste plus faible qu'en Tunisie mais plus élevée qu'en Algérie.






Poissons 6 kg par personne et par an

6 kg par personne et par an


Avec une production d'un million de tonnes de poissons, les Marocains n'en consomment que 186 000 tonnes, soit 6 kg par par personne et par an.









Farines 322 kg par personne et par an

322 kg  par personne et par an


Les céréales dites principales (blé, orge et maïs) constituent le principal «repas» des Marocains. En moyenne, chacun en consomme 322 kg par an.
Cela représente une consommation totale de 10 millions de tonnes. On est les premiers dans la consommation de l'orge au niveau mondial.




Oeufs 121 unités par personne et par an

121 unités par personne et par an


Ce produit aurait pu compenser le déficit en protéines pour les Marocains. Malheureusement, la consommation nationale reste en deçà de la moyenne mondiale.







Lait 50 litres par personne et par an

50 litres par personne et par an


Notre consommation est de 1,55 milliard de litres par an. Cela donne une moyenne de 50 litres pour chaque citoyen. Nos voisins en Algérie et en Tunisie nous dépassent largement.






Sucre 38,7 kg par personne et par an

38,7 kg par personne et par an


Notre consommation est de 1 200 000 tonnes par an. C'est l'une des plus élevées au monde. Chaque Marocain en consomme en moyenne 38,7 kg par an.





Thé 1,6 kg par personne et par an

1,6 kg  par personne et par an


Les Marocains sont de gros consommateurs de thé. Chaque année, ils en consomment 50 000 tonnes (surtout du thé vert) soit 1,6 kg par habitant.






Beurre 1,22 kg par personne et par an

1,22 kg par personne et par an


Avec 38 000 tonnes annuellement et 1,22 kg par habitant et par personne, la consommation du beurre est relativement moyenne par rapport aux pays européens qui se rabattent le plus sur d'autres produits de substitution comme le fromage.




Hakim Challot
www.lavieeco.com

2010-11-01

Authentifiez-vous pour ajouter un commentaire

Les articles les plus lus

Bourse de Casablanca

Mise à jour : 2014-04-24 à 16:04
Masi : 9 525,75 (+0.08%)
Madex : 7 781,31 (+0.04%)
bourse
DELATTRE LEVIVIER
245.00 +5.58%
bourse
MICRODATA
162.00 +4.45%
bourse
CNIA SAADA ASSURENCE
944.90 +4.33%
bourse
HOLCIM (Maroc)
1613.00 -3.70%
bourse
CREDIT DU MAROC
950.00 -3.16%
bourse
COMPAGNIE DE TRANSPORTS AU MAROC
290.00 -1.02%

Cours de change

Vente
1 EUR 11.267 MAD
1 USD 8.1672 MAD
1 GBP 13.699 MAD
100 YENS 7.9626 MAD
1 SAR 2.1777 MAD
Achat
1 EUR 11.199 MAD
1 USD 8.1184 MAD
1 GBP 13.617 MAD
100 YENS 7.9150 MAD
1 SAR 2.1647 MAD