9 avril 2004
Lavieeco (25267 articles)
Partager

Bénéfice de 564 MDH pour la CDG

Elle reste le premier créancier du Trésor n Elle gère aujourd’hui
des ressources de plus de 80 milliards de DH.

Mustapha Bakkoury, son directeur général, a dévoilé, mardi 6 avril, les chiffres 2003 de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG). La caisse a enregistré, au cours de l’année écoulée, un bénéfice net de 564 MDH, en hausse de 30,8 % par rapport à 2002. Une progression due essentiellement à l’amélioration de 11,4 % de son PNB (produit net bancaire), qui a atteint 1,08 milliard de DH, conjuguée à une maîtrise des charges générales d’exploitation.
Notons également que la CDG, à l’image de la plupart des institutions financières, a procédé à des provisionnements massifs (près d’un milliard de DH), tout en reprenant des provisions pour 522,7 millions de dirhams.

Le chiffre d’affaires prévoyance progresse de 45 %
Avec 43 milliards de DH, le total bilan augmente de 4,7%. Ses dépôts évoluent de 2,2% (37,75 milliards). Ils proviennent, à hauteur de 60%, de la CNSS (40%) et de la Caisse d’Epargne Nationale (20%). Quant aux emplois, les placements obligataires continuent à accaparer l’essentiel du portefeuille, avec 29,37 milliards de dirhams, suivis par les actions et les autres participations (4,06 milliards). L’immobilier et le foncier viennent en queue de peloton, avec 992 millions de dirhams.
Avec les organismes gérés, les ressources globales de la CDG s’élèvent à 80 milliards de dirhams. La moitié provient de la CNRA/RCAR (prévoyance) et 20% sont des avoirs de la CNSS. Ceci lui assure une bonne place sur le marché des capitaux. La caisse détient 30% sur le marché primaire des bons du Trésor et 17% sur le secondaire. Elle développe son activité gestion d’actifs (près de 75 milliards de DH d’actifs gérés) et s’impose davantage sur le marché du conseil, origination, syndication et arrangement d’opérations de financements structurés.
Côté prévoyance, la Caisse nationale de retraites et d’assurances (CNRA) a amélioré son chiffre d’affaires de 45% pour le porter à 409 millions de DH et continue de travailler pour l’élargissement de la couverture sociale. Le Régime collectif d’allocation de retraite (RCAR) poursuit pour sa part l’intégration des caisses internes de retraite des Etablissements et entreprises publics. En 2003, il a absorbé celles de la Régie des tabacs et conclu une convention avec l’ODEP et une autre avec la Lydec.

Une institution de développement avant tout
Mais, en plus de ses activités financières, la CDG est surtout une institution de développement. Le qualificatif est cher à son directeur général qui essaye à chaque fois de le démontrer en étalant les innombrables projets dans lesquels sa caisse est engagée.
Pour le logement social, on relèvera les projets Douar Al Kora à Rabat (2 200 logements sociaux, 737 MDH d’investissement) et Guich Oudaya, à Rabat Témara (1800 lots et 1500 logements sociaux, 700 MDH). L’étude de zones d’urbanisation concerne Zenata (800 ha) et Bouskoura (500 ha). Pour l’aménagement de zones touristiques, il y a Aguedat (324 MDH) et Chrifia (585 MDH) à Marrakech, le Lac et Cap Spartel à Tanger. Sans compter les partenariats avec le Club Med (hôtel Club Med Medina Marrakech et Complexe touristique à la Palmeraie) ou encore les liens avec les ministères (Jorf Lasfar, Beni Nsar et Al Aroui à Nador)