Banques participatives : Bank Assafa ne veut pas brûler les étapes
16 juin 2017
Reda Harmak (1115 articles)
Partager

Banques participatives : Bank Assafa ne veut pas brûler les étapes

La filiale d’Attijariwafa bank juge précipité de se lancer sur le marché sans certains prérequis. Elle compte démarrer dès que la convention de compte et le système de télé-compensation seront au point.

Depuis que CIH Bank a lancé la première, il y a quelques jours, sa banque participative, les regards sont tournés vers la concurrence pour savoir qui va lui emboîter le pas. C’est finalement Bank Assafa, filiale d’Attijariwafa bank, qui fait parler d’elle. L’établissement a tenu à cet effet, en début de semaine, une conférence montée en un temps record, apprend-on auprès du management. La banque a fait cette sortie publique car les questions autour de son lancement se multipliaient. Mais ce n’est justement pas le démarrage officiel de Bank Assafa qui a été annoncé lors de l’évènement. Le management du nouvel établissement s’est plutôt attardé sur les raisons qui le motivent à attendre encore quelques semaines avant de se jeter à l’eau. Plusieurs prérequis au lancement manquent encore, de l’avis de la banque. Bank Assafa cite en premier la convention-type d’ouverture de compte ainsi que l’intégration des banques participatives au système de télé-compensation afin que les moyens de paiement remis à la clientèle (chéquiers, cartes…) puissent être opérationnels.

Viennent ensuite les financements qui nécessitent au préalable la validation de contrats-types ainsi que l’assurance Takaful qui doit les accompagner. S’ajoutent enfin à tout cela les sukuks qui serviront, entre autres, de matelas de liquidité pour les établissements participatifs ainsi que le cadre fiscal de cette nouvelle industrie qui n’a pas encore été achevé.

L’identité visuelle est dévoilée

Démarrer sans ces éléments est assimilé à de la précipitation par Bank Assafa, dont le management explique qu’il aurait tout à fait pu «afficher son leadership et succomber à la tentation de gagner du terrain» au plus vite. Une critique à peine voilée de la stratégie de la filiale de CIH Bank. 

Au contraire, Bank Assafa dit opter pour la retenue afin d’«éviter une concurrence malsaine et un risque de décrédibiliser ce nouveau système». Signalons toutefois que l’établissement ne compte pas patienter jusqu’à la constitution complète de l’écosystème de la finance participative pour passer à l’action. Elle va démarrer dès que la convention de compte-type sera prête et que l’ajustement du système de télé-compensation sera achevé, ce qui n’est plus qu’une question de semaines, selon les informations de la banque qui vient de dévoiler son identité visuelle. L’établissement devrait ainsi être paré dès le départ à collecter les dépôts de la clientèle en ouvrant des comptes et en remettant des moyens de paiement à travers la vingtaine d’agences (pour 160 collaborateurs) dont il devrait disposer au lancement à travers le Royaume. Le flou persiste en revanche autour des financements, sachant que l’assurance Takaful ne devrait être prête que d’ici 4 à 5 mois, selon la banque.