«Vecteur LV compte investir 3 milliards de DH sur les cinq prochaines années»
2 juillet 2015
Lavieeco (25580 articles)
Partager

«Vecteur LV compte investir 3 milliards de DH sur les cinq prochaines années»

La filiale du groupe Label’Vie détient 15 biens immobiliers à  vocation commerciale représentant une surface de vente totale de 81 000 m2, et plus de 60 hectares de foncier.

Vous venez d’annoncer l’entrée de la BERD dans le capital de la filiale immobilière du groupe Label’Vie. Que représente cet investissement pour le groupe ?

 Cette entrée de la BERD dans le capital de la filiale immobilière, Vecteur LV (VLV), est avant tout un signe de confiance, accordé par une grande institution internationale de développement économique et témoignant de la crédibilité du groupe et de la pertinence de son modèle. Avec cet investissement de 45 millions d’euros, qui offre à la BERD une participation minoritaire dans le capital de VLV, le groupe accélère son plan de développement de magasins et espaces commerciaux. S’inscrivant dans ce cadre, Vecteur LV compte investir 3 milliards de dirhams sur les cinq prochaines années.

 Pouvez-vous nous parler de cette filiale immobilière peu connue du grand public?

Vecteur LV est la filiale immobilière du groupe Label’Vie. Elle détient aujourd’hui 15 biens immobiliers à vocation commerciale, représentant une surface de vente totale de
81 000 m² (plus de la moitié de la surface de vente totale du groupe) et plus de 60 hectares de foncier.

VLV est née de la volonté de séparer l’activité de distribution (locataire) de celle de l’immobilier (propriétaire), comme l’ont fait avant nous Carrefour et Auchan en France, en créant les filiales Carrefour Property et Immochan. Cette séparation permet au groupe de gérer deux métiers différents par le biais de deux structures distinctes et spécialisées, contribuant plus efficacement au développement de son activité de grande distribution.

A l’avenir, VLV portera non seulement le développement des magasins et espaces commerciaux du groupe Label’Vie mais également le développement d’autres produits immobiliers à rendement (bureaux, hôtels, établissements de santé et d’éducation…).  L’objectif est multiple : augmenter le rendement du foncier actuel à travers des extensions (croissance organique), acquérir du foncier pour de nouveaux projets (développement) et racheter des opérations existantes  (croissance externe).

 Outre sa contribution financière dans VLV, quel est l’apport de la BERD ?

 Depuis près de 25 ans, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement soutient les pays à fort potentiel dans leur transition vers une économie de marché saine et structurée. A travers son investissement à long terme dans VLV, la BERD mettra à profit son expertise économique au service du développement de l’immobilier commercial au Maroc.

 VLV et le Label’Vie bénéficieront également d’une assistance technique de la BERD pour intégrer un ensemble de bonnes pratiques en matière d’efficacité énergétique dans leurs opérations. Cet appui entre dans le cadre de son programme régional “Sustainable Energy Support for Built Environment Projects”.

 On vous prête aussi l’ambition de faire de VLV le 1er organisme de placement collectif en immobilier. Pouvez-vous nous expliquer en quoi cela consiste ?

Un Organisme de placement collectif en immobilier (REIT dans le monde anglo-saxon ou SIIC en France) est un produit d’investissement immobilier à destination des acteurs institutionnels et des particuliers. Il permet d’investir dans un portefeuille diversifié d’actifs immobiliers pour accomplir des objectifs de rendement, de meilleure gestion de risque ou d’optimisation fiscale. Ce cadre juridique est en cours de définition au Maroc et VLV compte être le premier acteur du secteur à en bénéficier.

Vous présentez cette augmentation de capital comme une étape dans processus. Y en aura-t-il donc d’autres ?

 En effet. Cette première levée de fonds s’inscrit dans le cadre d’une stratégie de développement globale dont  l’objectif est de positionner VLV en tant que leader national de l’immobilier locatif. Nous sommes d’ores et déjà en discussions avancées avec d’autres investisseurs pour nous accompagner dans la réalisation de cet objectif.