Ali N’Productions et le français Emissive créent une société d’édition de logiciels en 3D
2 août 2011
Lavieeco (25422 articles)
Partager

Ali N’Productions et le français Emissive créent une société d’édition de logiciels en 3D

Dénommée Moondar, la joint-venture fera également de la maintenance et du conseil multimédia. Pour Emissive, la nouvelle société sera une plateforme à  faibles coûts à  même d’améliorer sa compétitivité en Europe.

L a société de services en ingénierie informatique française Emissive prend pied au Maroc. Cet opérateur parisien spécialisé dans la conception et la réalisation d’applications en 3D vient de créer une joint-venture avec Ali N’Productions, la société de production cinématographique. Portant la raison sociale de Moondar Sarl, cette société basée à Casablanca se positionne à l’export dans le créneau de BPO et ITO et plus particulièrement l’édition et la maintenance de logiciels en 3D et services et conseils dans les domaines graphiques et multimédia. La nouvelle société qui sera co-gérée par Nabil Ayouch et Pierre Gable, un des dirigeants d’Emissive, s’appuiera sur la complémentarité technique et commerciale de ses deux actionnaires pour évoluer dans un créneau en plein développement grâce à l’intrusion de la technologie 3D dans de multiples domaines tels le e-learning, les loisirs, l’événementiel, la culture, l’architecture, les bornes interactives, etc. L’effectif devra rapidement atteindre une dizaine de salariés dont des développeurs informatiques et des infographistes.

Ali N’Productions est l’un des principaux producteurs de cinéma au Maroc

Emissive, qui a plus que doublé son chiffre d’affaires entre 2007 et 2010 pour se situer à plus de 700 000 euros (près de 8 MDH), compte faire de Moondar une plateforme à faibles coûts à même d’améliorer sa compétitivité et ses projets d’expansion en Europe.
Rappelons que Ali N’Productions, dont la création remonte à 1999, est l’un des principaux producteurs cinématographiques au Maroc. Elle s’est fait connaître par la production de fictions longs métrages tels que Ali Zaoua en 1999, Les chemins de l’oued en 2002 et Whatever Lola Wants en 2007 et de courts métrages d’art vidéo et de documentaires : Sur le fil en 2009, Mawazine-Rabat : le centre du monde, en 2010 et récemment My Land en 2010, documentaire sur la question palestinienne. La société a également bâti une partie de sa réputation sur la production de séries télévisées à succès telles que Lalla Fatéma, L’équipe, Touria, Yak Hna Jirane, et le jeu télévisé Rawabit. Quant à Zaza Films, l’autre société appartenant à Nabil Ayouch, elle s’occupe essentiellement de la distribution, de l’exploitation et du marketing des films (promotion, salles, sorties vidéo, partenariats…).