12 décembre 2003
Mohamed Moujahid (1048 articles)
Partager

400 hommes d’affaires aux «Intégrales de l’investissement»

Elles ont démarré le 11 décembre et visent à  faire connaître le produit Maroc.

Cette année, il y a de fortes chances pour que le montant des IDE (Investissements directs étrangers) atteigne les 3 milliards de DH. «C’est à souligner car, il y a peu, on était tout à fait satisfait d’avoir un milliard de dollars par an» , estime Hassan Bernoussi, directeur des Investissements étrangers. Dans tous les cas, il est plus que jamais nécessaire de revoir notre politique en matière de promotion du pays pour attirer encore plus d’investisseurs étrangers, et c’est dans cette optique que la DIE organise les 11 et 12 décembre courant, une grande conférence à Skhirat, première d’un nouveau cycle, après celui organisé durant cinq ans, en collaboration avec The Economist, mais dont les retombées furent «loin d’être satisfaisantes», reconnaît M. Bernoussi.
Ainsi, plus de 400 personnes ont été invitées à ces «Intégrales» qui se tiennent sur un thème ambitieux : «Investissement, cultures, civilisations, liens et impacts». Une manière de dépasser, selon Hassan Bernoussi, l’approche traditionnelle axée uniquement sur la présentation des avantages fiscaux, fonciers, ou autres qu’offre le Maroc pour les investisseurs étrangers. Cela ne suffit plus à son goût. Il demande à aller plus loin en mettant en évidence des atouts cachés du Maroc et, en premier lieu, celui de ses ressources humaines.

Le Premier ministre annoncera des mesures pour stimuler l’investissement
Une telle approche réussira-t-elle à dégeler les priorités comptables des investisseurs étrangers ? Assurément, estime le premier responsable des investissements étrangers, puisque, à l’occasion de cette conférence, le Premier ministre Driss Jettou annoncera une série de mesures pour stimuler l’investissement étranger dans les cinq ans à venir.
Parmi ces mesures, une grande importance sera accordée au capital humain et au rôle des CRI (Centres régionaux d’investissement) auxquels il faudra donner rapidement les moyens d’accomplir leur mission dans les meilleures conditions.
Cette conférence mettra également en avant les secteurs porteurs de l’économie marocaine, ceux qui ont déjà donné la preuve de leur dynamisme comme l’automobile, l’électronique et l’aéronautique, les centres d’appels, mais aussi le textile et l’agro-industrie. Un atelier est aussi consacré à l’ingénierie financière. L’essentiel, conclut Hassan Bernoussi, est d’offrir un pack complet à l’investisseur et d’aller le démarcher.
Mais, ajoute-t-il, les banques et le secteur privé en général doivent suivre le mouvement