Culture

Et Dieu créa la Cinémathèque

C’est connu, les cinémas de quartier ont tendance à disparaître plutôt qu’à renaître. Mais à Tanger, le cinéma Rif tient bon et défie cette malédiction. Métamorphosé en Cinémathèque, ce lieu magique fête cinq années d’une nouvelle existence pleine de vie.

Cinémathèque

Le Grand Socco est une fourmilière. Pour fendre la foule venue chiner ou flâner, il en faut, de l’agilité. Et du souffle. À Tanger, vous n’arpentez pas les ruelles, vous les escaladez. Heureusement, c’est plus facile en descendant. Les pentes vous déversent toutes dans le cœur palpitant de la ville, cette vaste place gazonneuse, bordée d’une jolie mosquée, d’un nuage de petits bistrots et du fabuleux Cinéma Rif, avec sa terrasse et ses chaises multicolores, où vous vous affalez pour reposer vos jambes en carton pâte, siroter un jus d’orange et feuilleter le programme. «Nous sommes fiers d’avoir ramené à la vie ce bâtiment historique et d’avoir ainsi participé à la renaissance du centre-ville», sourit à pleines dents Yto Barrada, co-fondatrice et directrice de ce cinéma d’art et d’essai, le premier du pays. Le seul, d’ailleurs.

À la Cinémathèque de Tanger, tout a gardé un aspect antique, suranné, crayonné à la main. Sur la façade, de grosses lettres annoncent Mort à vendre, de Faouzi Bensaïdi à 16 h et Intouchables, d’Éric Toledano à 19 h. Vous les connaissez, ces lettres qu’on accroche et décroche manuellement, vous les avez déjà vues dans une séquence en noir et blanc. À côté du guichet, les prix et les horaires sont griffonnés à la craie sur un petit tableau noir. Sur les murs, des posters des années 1930, 1940 ou 1950 crachent des pistolets braqués sur des blondes épouvantées, des hélicoptères fous volant au secours de bateaux naufragés. Guet-apens à Tanger, Danger à Tanger, That man from Tangier, hurlent ces ancêtres d’affiches. Coup de pot, le vintage fascine, de nos jours. Cette nostalgie du passé et des images jaunies, racornies, obsède même les adolescents, qu’on voit partout ici, assis en grappes, clopes au bec et lunettes de hipsters sur le nez, momifiés devant leurs ordinateurs portables, agitant leurs petites mèches et parfois leurs neurones.

Tout le contraire du junk-cinéma des multiplexes, commercial et uniforme

«Au moment où nous avons repris ce cinéma, c’était un lieu marginal dans un centre plus du tout central», se souvient Yto Barrada dans l’Album. «Un mouroir pour de mauvais films indiens en fin d’exploitation», renchérit Bouchra Khalili, directrice de la programmation. C’était en 2005. Depuis, le bail a été repris par des artistes et des militants culturels. Les choses ont alors commencé à changer. Et en tellement mieux ! La salle glauque d’antan est aujourd’hui la Mecque culturelle tangéroise, où se côtoient familles, enfants et étudiants, où se mêlent mini-ateliers d’ombres chinoises, rétrospectives Godard, avant-premières de films marocains et cycles de cinéma égyptien. «Un an de cinémathèque, ce sont 24 538 spectateurs, 1138 séances, 267 films, dont 45% d’Europe, 35% du Maghreb, du Moyen-Orient et d’Afrique, 10% d’Asie et d’Amérique latine et 10% des États-Unis, 12 concerts live, 23 cinéastes et acteurs invités, 9 ateliers et master classes», détaillent des fascicules posés à l’entrée. «Nous proposons autre chose que du pop corn et du chewing-gum», résume Yto Barrada, ravie de voir pousser sous ses yeux l’audience de la cinémathèque : «Les enfants qui avaient six ans au lancement ont aujourd’hui douze ans, vous imaginez ? Maintenant, ils ont l’habitude de voir des comédies musicales, des films sous-titrés. Ils ont vu des films de Jacques Tati, des muets, pas seulement des Disney». Un pied de nez au cinéma fastfood et uniforme, au Maroc des multiplexes et des blockbusters hollywoodiens ? Peut-être. Une chose est sûre, en tout cas : à l’heure où les cinémas de quartier, ces mythiques Goya, Lux, Vox, Rialto, Lutetia se réduisent partout comme peau de chagrin, le cinéma Rif, devenu Médiathèque de Tanger, résiste. Un des rares morceaux de patrimoine encore debout. Non seulement debout, mais débordant de vie.

Sana Guessous. La Vie éco
www.lavieeco.com

2012-05-04

Authentifiez-vous pour ajouter un commentaire

Les articles les plus lus

Bourse de Casablanca

Mise à jour : 2014-04-18 à 15:53
Masi : 9 555,05 (+0.28%)
Madex : 7 802,46 (+0.30%)
bourse
SNEP
312.60 +5.97%
bourse
WAFA ASSURANCE
3350.00 +4.69%
bourse
DELTA HOLDING
32.70 +2.19%
bourse
FENIE BROSSETTE
156.90 -5.99%
bourse
MEDIACO MAROC
29.90 -5.97%
bourse
IB MAROC.COM
137.50 -5.82%

Cours de change

Vente
1 EUR 11.274 MAD
1 USD 8.1414 MAD
1 GBP 13.687 MAD
100 YENS 7.9677 MAD
1 SAR 2.1708 MAD
Achat
1 EUR 11.207 MAD
1 USD 8.0928 MAD
1 GBP 13.605 MAD
100 YENS 7.9201 MAD
1 SAR 2.1578 MAD