Sociétes cotées

La filiale de BMCE Bank accuse la première baisse de résultat net depuis 2003 mais ses fondamentaux restent solides et sa rentabilité demeure appréciable.

La filiale du groupe Société Générale s’appuie sur le crédit auto pour afficher la meilleure performance de son PNB depuis 2003. Le coût du risque demeure élevé.

Avec des fonds propres désormais négatifs, la filiale de Fininvest est en agonie avancée et risque de perdre son agrément à  tout moment. Enterrement ou redressement, tel sera l’écueil de 2012.

La filiale d’Axa Assurances Maroc n’arrive pas à  trouver la martingale d’une croissance vertueuse. Le coefficient de solvabilité a été amélioré grà¢ce à  des écarts de réévaluation.

Le compartiment des sociétés de financement efface en 2011 la chute brutale de ses bénéfices essuyée en 2010.

L’activité enregistre une hausse modeste en 2011, tandis que le résultat opérationnel et le bénéfice net baissent de près de 27% et 22% respectivement.

L’arrêt de la production de produits sodas fait baisser le chiffre d’affaires de 9,5%. Le bénéfice pà¢tit d’un effet de base négatif à  cause de la plus-value de la vente de l’activité boisson gazeuse.

En dépit du maintien des ventes, les bénéfices se sont effondrés en raison de la concurrence d’une huile d’olive moins chère et de l’envolée des prix des huiles brutes.

L’entreprise n’a répercuté que partiellement la hausse du coût de ses matières premières, faisant progresser son chiffre d’affaires de 6%. Mais le résultat d’exploitation et le bénéfice en pà¢tissent.

En dépit du repli de la production sucrière nationale, le chiffre d’affaires du groupe s’apprécie de 4,3% par rapport à  2010 grà¢ce au raffinage de sucre brut importé.

Dans un contexte difficile, la filiale de la SNI réalise un chiffre d’affaires en croissance de 7% par rapport à  2010. Mais la flambée des matières premières consomme cette performance.

En dépit de progressions contenues de l’activité et de l’exploitation, le résultat net du brasseur se hisse de 40,4% en raison de la non-récurrence d’une provision sociale en 2011.