Portraits

A la tête de l’autorité de régulation du marché financier, de 2001 à 2009, Dounia Taarji dirige son propre cabinet de conseil et de stratégie, Malya Conseil. Salaheddine Mezouar l’intègre dans son équipe en tant que vice-présidente en charge du capital humain et de la RSE.

Dirigeant de compagnie d’assurances, puis ministre, Fouad Douiri s’est finalement établi à son propre compte. Depuis trois ans, il est à la tête du courtier ODDO Assurances. Son engagement politique reste toujours aussi tenace.

Jawad Ziyat quitte Addoha en 2016. Depuis, il n’est plus sous les feux de l’actualité, jusqu’au jeudi 13 septembre, jour de sa nomination à la tête du Raja. La Vie éco l’a rencontré en juillet. Confidences.

L’ancien patron de la HACA revient sur le devant de la scène en toute discrétion. Ahmed Ghazali est depuis novembre dernier à la tête de la Fédération nationale des associations de microcrédit. L’une de ses missions est de contribuer à parfaire le cadre légal du secteur.

Il est l’un des experts les plus actifs dans le domaine des ressources humaines au Maroc. Aujourd’hui associé de BDO Maroc, Jamal Belahrach a réduit son champ d’action mais maintient ses ambitions pour son pays. Après un passage par le Groupe OCP en tant que DG adjoint, il renoue avec le privé.

2M, Medi 1 Sat, aujourd’hui Medi 1 TV, un tour par le Qatar où il a, entre autres, supervisé la production de contenus pour 7 à 8 pays pour le compte d’Al Jazira, Mustapha Mellouk cumule de longues années de télévision. Il a monté une société de production digitale et audiovisuelle.

Ancien patron de la Direction des investissements extérieurs, Hassan Bernoussi dirige depuis 2008 sa propre entreprise dénommée Interface. Il conseille et accompagne des investisseurs nationaux et étrangers dans leur développement au Maroc.

Elle est la première femme élue présidente d’un Conseil régional. Son projet tient en trois mots : coordonner, former et communiquer. Elle invite ses pairs à plus de vigilance dans une ville où les biens en déshérence ne manquent pas.

Titulaire d’un doctorat en aménagement des littoraux, elle a fait toute sa carrière dans la formation, principalement dans le domaine maritime. Son pari, faire en sorte que l’Institut supérieur des études maritimes trouve le bon cap.

Entre deux expositions, l’artiste peintre Mohamed Hakoun s’active à  faire rayonner la vie culturelle de sa ville. Il anime le Centre de la mémoire de Chefchaouen et s’occupe de sa maison transformée en musée ouvert.

Licenciée en biologie aux Etats-Unis, elle a commencé sa carrière dans les laboratoires de la Sloane Kettering Center avant de rentrer au Maroc.
Le chiffre d’affaires des deux PME qu’elle a créées en 2011 est passé de un à  près de 20 MDH.
Son ambition : exporter une marque marocaine de produits bio en Europe.

Le travail associatif, notamment au sein d’«Espace point de départ», a révélé ses talents de femme d’affaires. Avec une licence en droit, elle a travaillé pendant 20 ans dans l’assurance avant de se mettre à  son compte. De 12 000 tonnes, l’entreprise compte porter sa production à  30 000 tonnes.