Opinions

A la faveur de la lecture d’auteurs aussi divers que Stendhal ou Camus et des films et documentaires visionnés, j’ai dû rencontrer le nom de Florence, devenu Firenze en italien, comme on retrouve une ancienne connaissance mais qui est devenue un nom parmi d’autres dans le désordre de ce qu’on appelle «culture générale».

En matière pénale, les relations extra conjugales sont déjà punissables, mais le législateur a établi des critères précis et rigoureux, avant de pouvoir engager des poursuites à ce sujet. Comment fera-t-il pour définir avec exactitude ce qu’en droit, on appelle «les éléments constitutifs du délit» ?

Fake-news

Twitter, Facebook, WhatsApp… Ce qui se passe sur les réseaux sociaux au Maroc est un phénomène récent, qui prend tout le monde de court , et mérite une profonde réflexion.

Les juges sont pris entre deux feux : d’une part, les exigences d’une société de moins en moins tolérante, et, d’autre part, les situations de détresse sociale, que vont engendrer les condamnations d’un père, frère, par ailleurs également soutiens de famille. Que faire alors ? Quel volet privilégier ?

Randy Weston au Maroc

En s’installant avec sa famille à tanger, il a entrepris l’ouverture du premier club de jazz «african rythms club» dans lequel se sont produites des célébrités comme dexter gordon, ahmed abdulmalik, marvin gaye, billy harper, james brown, stevie wonder, cecil bridgewater et bien d’autres.

Depuis la nuit des temps, pour expliquer la vie, les hommes ont dû inventer des récits et des mythes. les religions ont mis fin à certaines explications et en ont livré d’autres datant l’origine de la création et l’évolution de l’homme qu’elles ont mis au centre de la scène de l’histoire, dieu étant au-dessus de tout…mais en expulsant certains mythes, elles en ont écrit ou réécrit d’autres…

Une vidéo et quelques mots en darija attribués à des manuels scolaires marocains, le tout relayé largement sur les réseaux sociaux. Il n’en fallait pas moins pour émouvoir la Toile qui a fait l’écho d’une vague d’indignations à grande échelle.

Les juges sont pris entre deux feux : d’une part, les exigences d’une société de moins en moins tolérante, et, d’autre part, les situations de détresse sociale, que vont engendrer les condamnations d’un père, frère, par ailleurs également soutiens de famille. Que faire alors ? Quel volet privilégier ?

L’été suit son cours, et les vacances, pour de nombreuses personnes se déroulent tranquillement. La vie n’étant pas toujours un long fleuve tranquille, les audiences correctionnelles s’enchaînent au tribunal pénal de Casablanca.

Oui, et alors ?

Une mineure de 17 ans violée, brûlée avec des mégots sur certaines parties de son corps, tatouée puis relâchée par ses ravisseurs comme si de rien n’était. Une vingtaine de jeunes, dont des mineurs, sont accusés par la jeune fille des chefs d’inculpation précédents.

Les mots de l’année

Au-delà du malaise ambiant qui est de nature conjoncturelle, quelques mots sont à retenir pour cette année : responsabilité et reddition des comptes, séisme, nouveau modèle de développement, refondation du champ politique avec ses changements d’acteurs et de directions, ses big-bangs internes..

Langue du pouvoir ou pouvoir d’une langue ? tels sont les termes d’un débat qui n’en finit pas d’interroger le monde tel qu’il est ou tel qu’il va, et il ne va pas toujours bien, ni toujours dans le bon sens… il reste, pour en rire ou pour se consoler, cette pirouette pleine d’humour et de bon sens de l’écrivain italien umberto eco, qui soutenait que la première langue du monde, ce n’est pas l’anglais, c’est la traduction.