Edito

La justice va toujours mal, mais la justice va mieux. Elle est en train de changer. L’exemple des tribunaux de commerce est venu montrer à quel point, avec peu de moyens et beaucoup de bonne volonté, on arrive à éliminer

En mettant en place des prix d’alerte, il ne faudrait pas tolérer le moindre retour au protectionnisme. Il y va de l’intérêt du Maroc et de sa crédibilité.

En toute transparence

En acceptant de dialoguer
au sujet des accusations
de torture, d’enquêter et de punir les contrevenants, l’Etat fait preuve aujourd’hui d’une grande maturité.

Sous couvert de protection
de la démocratie locale, c’est la corruption dans le domaine de l’habitat que l’on chercheà protéger. Et le Parlement
se fait complice…

En 2005, la carte de la pauvreté sera pratiquement détaillée par quartier. On pourra alors aider ceux qui sont vraiment démunis.

La religion en otage

Comment a-t-on pu nommer, à la tête d’un Conseil local des ouléma, un imam qui répand des messages de haine et d’intolérance ?

J’ai rien vu !

Avec le manque à gagner généré par la contrebande on pourrait, au choix, réaliser l’autoroute Marrakech-Agadir, construire neuf CHU, ou encore 250 hôpitaux
de province.

1+1=1

Accélérer la croissance ?
«Il n’y a qu’à», «il faut que»,
«il suffirait de»… Mais alors, pourquoi rien n’a-t-il été fait ?

En huit jours de grève
des pilotes, l’Etat est resté étrangement absent…

L’Etat de droit auquel nous aspirons ne peut accepter de sacrifier des citoyens pour en enrichir d’autres.

L’effort de lobbying entrepris pour l’organisation de la coupe du monde doit être capitalisé. Il y a là de quoi faire réfléchir quant au traitement du dossier
du Sahara

Que l’on gagne ou que l’on ne gagne pas, c’est ce Maroc-là que nous voulons : sérieux, tourné vers l’effort et l’avenir.