Politique

Le chef du gouvernement doit gérer une alliance avec le PPS voulue stratégique mais jugée désormais encombrante. En s’attaquant à leurs alliés, les parlementaires du PJD sont devenus une source de préoccupation pour la direction du parti. Un remaniement serait à l’ordre du jour pour un nouveau départ.

Objectif : constater sur le terrain « les retombées et les bénéfices de l’accord de pêche » Maroc-Union européenne pour les populations des provinces du sud. »

En l’absence d’informations officielles, depuis le 20 août dernier, le sujet continue de susciter l’intérêt général, particulièrement dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Le comité central se réunit le 22 septembre et décidera si le parti reste au gouvernement.

Le secrétariat d’Etat chargé de l’Eau auprès du ministre de l’Equipement, du transport, de la logistique et de l’eau, est supprimé.

Mohamed Benchaaboun, PDG du groupe Banque populaire, a été nommé lundi ministre de l’économie et des finances.

Le décret du Chef du gouvernement vient d’être publié au bulletin officiel du 6 août.

Sur le plan institutionnel, la régionalisation est en place. Les présidents des conseils élus assument normalement leur mission. Il reste toutefois quelques ajustements, qui peuvent s’avérer cruciaux. L’Exécutif promet de tout mettre en place l’année prochaine.

Une semaine avant la clôture de la session, les députés se sont engagés dans une course contre la montre. Un scénario a été préparé d’avance pour garantir l’adoption de la réforme de leur retraite en moins de dix jours. Pendant ce temps, une vingtaine de textes de lois, dont certains déposés il y a quatre ans, restent encore gelés au sein de la Chambre.

Le nouveau bureau politique ne compte aucune personnalité proche de l’ancien secrétaire général.

Le bureau politique du RNI a tenu, samedi 14 juillet, une réunion sous la présidence de Aziz Akhannouch au nouveau siège régional du parti à Tanger.

Pour les 435 mesures prévues dans le programme, le gouvernement a mis en place un tableau de bord de 1 000 pages, en cinq volumes. Le gouvernement promet d’ouvrir ou de finaliser cinq chantiers prioritaires, dont le social, la régionalisation et la gouvernance. Sans attendre un contrat avec les syndicats, l’Exécutif inscrit son offre dans le projet de Loi de finances de 2019.