Politique

Le décret du Chef du gouvernement vient d’être publié au bulletin officiel du 6 août.

Sur le plan institutionnel, la régionalisation est en place. Les présidents des conseils élus assument normalement leur mission. Il reste toutefois quelques ajustements, qui peuvent s’avérer cruciaux. L’Exécutif promet de tout mettre en place l’année prochaine.

Une semaine avant la clôture de la session, les députés se sont engagés dans une course contre la montre. Un scénario a été préparé d’avance pour garantir l’adoption de la réforme de leur retraite en moins de dix jours. Pendant ce temps, une vingtaine de textes de lois, dont certains déposés il y a quatre ans, restent encore gelés au sein de la Chambre.

Le nouveau bureau politique ne compte aucune personnalité proche de l’ancien secrétaire général.

Le bureau politique du RNI a tenu, samedi 14 juillet, une réunion sous la présidence de Aziz Akhannouch au nouveau siège régional du parti à Tanger.

Pour les 435 mesures prévues dans le programme, le gouvernement a mis en place un tableau de bord de 1 000 pages, en cinq volumes. Le gouvernement promet d’ouvrir ou de finaliser cinq chantiers prioritaires, dont le social, la régionalisation et la gouvernance. Sans attendre un contrat avec les syndicats, l’Exécutif inscrit son offre dans le projet de Loi de finances de 2019.

Selon le chef du gouvernement Saâd Eddine El Otmani, la Commission nationale de la commande publique (CNCP) a reçu 50 réclamations de la part des concurrents et des titulaires des marchés, depuis son lancement le 19 janvier 2018.

Pour sortir de sa crise interne, le parti remet au goût du jour le débat sur la monarchie.

L’Union africaine a approuvé la demande du Maroc de faire partie du Groupe consultatif sur la réforme institutionnelle de l’UA et de faire passer ainsi le nombre des membres de ce groupe à 20, contre 15 actuellement.

C’est une coutume que le chef du gouvernement compte bien installer.

Pour le ministère des affaires étrangères, le Sommet de l’UA qui s’est tenu à Nouakchott, « marque une avancée substantielle » du Maroc sur la question du Sahara.

L’Afrique a connu 343 attentats terroristes ayant provoqué 2 600 victimes en 2017.