Management

En matière de motivation, les managers voient double. Ils doivent se pencher sur leur propre niveau de motivation et sur celui de leurs collaborateurs.

Etre coach, c’est se débarrasser de toute velléité d’avoir de l’ascendant sur les autres.
Contribution, ouverture, authenticité, courage, humilité : cinq
critères pour un coaching réussi.

L’exercice du métier n’est pas régi par des critères stricts
et il faut donc se méfier des charlatans.
Bien définir
ses besoins et
ses objectifs avant d’engager un coach.
Une séance de deux à trois heures est facturée
entre 2 000 et 4 000 DH.

Le choix d’un prestataire est rendu délicat par la spécificité du métier et sa nouveauté.
Son parcours, ses qualités morales, sa supervision sont fondamentaux
pour le choix d’un coach.

Selon le processus d’accréditation de l’International Coaching Federation (ICF), association qui réunit 8 500 membres et représentée dans 40 pays, le coach doit respecter certaines règles déontologiques dont voici les principales.

Ecouter les remarques, reconnaître ses erreurs est souvent perçu comme un moyen donné à l’autre de vous affaiblir

Pour avancer, il faut rompre avec la relation duelle «dirigeant-salarié» où le premier s’imagine devoir motiver le second qui s’imagine être en droit d’attendre que le premier le motive.

Master ou formation certifiante sont proposés sur la place.

Gros succès les années précédentes, cet évènement verra la participation de DG, DRH et responsables de recrutement d’une cinquantaine d’entreprises.

Confiance extrême ou punition aboutissent toujours à  un échec.
Les salariés sont disposés à  donner le meilleur d’eux-mêmes
pourvu qu’on leur en offre l’occasion.
Communication, confiance, responsabilisation et orchestration constituent les
clés d’un bon management.

Pour Hamid El Otmani, DG de LMS-ORH, il faut distinguer deux cas de figure quand on traîne une casserole. Celui du salarié victime d’une simple rumeur et celui dont la faute est avérée. Dans les deux cas, il faut savoir

Al Akhawayn Alumni, association des lauréats de l’Université Al Akhawayn, organise la troisième édition de Job Fair, un forum de rencontres et de recrutement. Celle-ci se tiendra les 7 et 8 avril à l’université, à Ifrane. La manifestation a aussi

L’Association des gestionnaires et formateurs d’entreprises (AGEF) envisage de lancer le prix RH. Il s’agit d’un concours qui vise à encourager mais surtout à faire connaître les meilleures pratiques ressources humaines dans les entreprises marocaines. Un projet en gestation depuis