Posts From Tahar Abou El Farah

Les questions de l’emploi et l’éducation au menu de cette édition.

Des Emirats aux Balkans pour finir à Washington dans une visite très suivie et surtout amplement commentée, Nasser Bourita a eu un agenda pour le moins chargé.

Le sujet qui a pratiquement accaparé la scène politique à la fin de la dernière législature semble désormais mis aux oubliettes. Les députés ont-ils pour autant décidé de renoncer à leur retraite ?

Entre les élections partielles et les remous du limogeage de Charafat Afailal, la coalition gouvernementale est sur le gril.

L’ambassadeur du Maroc à l’ONU vient d’être élu, mardi, Président du segment des affaires humanitaires du Conseil économique et social (ECOSOC) de l’ONU pour la période 2018/2019.

Le chef du gouvernement doit gérer une alliance avec le PPS voulue stratégique mais jugée désormais encombrante. En s’attaquant à leurs alliés, les parlementaires du PJD sont devenus une source de préoccupation pour la direction du parti. Un remaniement serait à l’ordre du jour pour un nouveau départ.

Des journalistes ont été convoqués sans avoir respecté la procédure prévue par la convention judiciaire signée avec le Maroc.

En l’absence d’informations officielles, depuis le 20 août dernier, le sujet continue de susciter l’intérêt général, particulièrement dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Ministre de l’économie et des finances depuis le 20 août, le nouvel argentier du Royaume, Mohamed Benchaaboun, a participé, à ce titre, à sa première réunion du bureau politique du RNI, le 28 août.

Le comité central se réunit le 22 septembre et décidera si le parti reste au gouvernement.

Sur le plan institutionnel, la régionalisation est en place. Les présidents des conseils élus assument normalement leur mission. Il reste toutefois quelques ajustements, qui peuvent s’avérer cruciaux. L’Exécutif promet de tout mettre en place l’année prochaine.

Une semaine avant la clôture de la session, les députés se sont engagés dans une course contre la montre. Un scénario a été préparé d’avance pour garantir l’adoption de la réforme de leur retraite en moins de dix jours. Pendant ce temps, une vingtaine de textes de lois, dont certains déposés il y a quatre ans, restent encore gelés au sein de la Chambre.