Posts From Naoufel Darif

Parallèlement à la baisse du nombre de transactions sur le marché de l’immobilier en 2017, la production du crédit à l’habitat a accusé un repli de 2% à 28,2 milliards de DH.

Jusqu’à 120 jours en moyenne pour se faire payer par les opérateurs de ces secteurs .

Ils pèsent 1,5 MDH en face de 232 milliards de numéraire en circulation. La coupure de 200 DH, billet de prédilection des contrefacteurs. Environ 9800 billets détectés en 2017

Les prix commencent à 319 000 DH TTC pour la version diesel.

Plus de 40 instruments sont mis à la disposition de la TPME. La Caisse centrale de garantie a accompagné 9100 TPME avec une enveloppe de 20,2 milliards de DH. Compte tenu des critères assez stricts, les TPME peu structurées sont exclues d’office.

Des textes d’application cruciaux ne sont toujours pas publiés. Les entreprises renoncent à facturer les pénalités de retard n L’administration a ramené ses délais de 78 à 72 jours en moyenne.

Sur les 59 amendements déposés, 28 ont été adoptés. Les nouveaux statuts visent essentiellement à octroyer à l’institut d’émission une autonomie totale en lui conférant des prérogatives en matière de stabilité des prix.

Des dizaines de milliards de DH de lignes ouvertes chaque année sans que les PME puissent s’en servir pleinement.

Près de la moitié des propositions de remboursement des sinistres contestée par les assurés. Une trentaine d’experts assermentés mis en cause par la direction des affaires civiles. L’absence de conditions d’accès au métier facilite l’entrée de praticiens peu scrupuleux et les manquements à la déontologie.

Les immobilisations corporelles, incorporelles et financières sont en baisse durant les trois dernières années. Depuis 2010, les crédits à l’équipement distribués aux entreprises privées s’érodent de 2,4% chaque année en moyenne. Le taux d’utilisation des capacités de production ne justifie pas des investissements d’extension.

Trois textes portant respectivement sur les délais de paiement dérogatoires temporaires pour des secteurs en proie à des difficultés conjoncturelles, les délais dérogatoires définitifs pour les activités saisonnières et le taux des pénalités de retard ne sont toujours pas publiés. Le patronat dit n’avoir aucune visibilité sur le contenu des textes et leur date de publication. Le gouvernement compte introduire de nouveaux amendements.

Société civile, institutionnels et entreprises se donnent la main pour la préservation des écosystèmes marins et côtiers. Une association engagée dans la défense de la vocation maritime du Maroc dans un esprit inclusif et de développement durable est créée.