Actualité

Logement pour la classe moyenne : Addoha ne se lancera pas

Le promoteur estime que le dispositif n'est pas avantageux.

addoha logement classe moyenne immobilier maroc

L’annonce pourrait bien tuer dans l’œuf le futur dispositif du logement pour la classe moyenne, prévu par le projet de Loi de finances 2013. Après les réserves et mises en garde maintes fois exprimées par la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI) sur la réussite de ce programme, c’est maintenant le groupe Addoha, premier promoteur immobilier national, qui annonce clairement son intention de ne pas investir ce créneau. Le management du groupe explique que les futurs logements intermédiaires doivent être commercialisés au même prix que le logement social, soit à 5 000 DH hors taxe (6 000 DH TTC) selon le dispositif proposé par l’Etat, tout en bénéficiant de nettement moins d’avantages fiscaux. En effet, dans le cadre du dispositif du logement social, l’Etat prend en charge la TVA de 20% sur le prix de vente. A 250 000 DH, le logement revient donc à 5 000 DH hors taxe. De plus, le promoteur est exonéré de l’IS ou de l’IR. Or, pour ce qui est des avantages pour le logement de la classe moyenne, aucune exonération n’est prévue, sauf une proposition de suppression des droits d’enregistrement au profit des acquéreurs.

Par ailleurs, la proposition d’ouvrir l’accès au foncier public pour les promoteurs souhaitant se lancer dans ce type de logement n’est pas aussi avantageuse qu’on pourrait le croire car, comme l’expliquent les responsables d’Addoha, le foncier qui sera mis à leur disposition n’est localisé que dans les centres urbains de petite ou moyenne taille, alors que l’essentiel de la demande est concentré dans les grandes villes.
Aucun intérêt donc pour les promoteurs d’investir ce nouveau segment, du moment que le logement social reste nettement plus profitable.

La Vie éco
www.lavieeco.com

2012-12-26

Authentifiez-vous pour ajouter un commentaire
Météo Casablanca © meteocity.com