Transfert : la Botola Pro devient bancable
13 juillet 2018
Othmane Eddaal (30 articles)
Partager

Transfert : la Botola Pro devient bancable

La valeur des joueurs de la Botola Pro a été boostée par les dernières performances des équipes nationales et clubs dans les compétitions continentales.

Le transfert de Ayoub El Kaâbi pour la somme record de 6 millions d’euros au club chinois de Hebei Fortune en est le parfait exemple.

Méconnu il y a moins d’un an, le désormais ex-joueur de Berkane est passé de joueur de la deuxième division marocaine (avec le RAC) au rang d’international qui a disputé la Coupe du monde avec les Lions de l’Atlas. Désigné meilleur joueur et meilleur buteur de la dernière Coupe d’Afrique des nations des locaux, disputé au Maroc, El Kaâbi a pleinement bénéficié de la vague des résultats positifs du football national. Désormais, il évoluera aux côtés de joueurs de renommé mondiale, tels que Javier Mascherano, Ezequiel Lavezzi, ou encore Hernanes.

L’autre fait marquant de ce mercato d’été est le départ de joueurs de la Botola Pro en Europe. Nayef Aguerd et Badr Boulahroud du Fus ont ainsi été transférés, respectivement, à Dijon FCO en première division française et à Malaga CF en Espagne. En janvier, Jawad El Yamiq a quitté le Raja pour Genoa CFC en Italie. Des transferts qui sonnent comme une mini-victoire pour le championnat national. D’autant plus que depuis la génération de Noureddine Naybet, Tahar El Khalej et Zaki, pour ne citer qu’eux, le championnat national n’a plus ou très peu exporté vers des tops ligues européennes.

A moindre échelle, les sommes débourées par les équipes d’Egypte et du Golfe, pour s’attacher les services du joueur local, sont de plus en plus conséquentes. Comme en témoignent les transferts de Azarou pour Al Ahly d’Egypte pour près de 2 millions d’euros, ou celui de Achraf Bencherki, en Arabie Saoudite, pour 5 millions ou, plus récemment, le départ de Hamid Ahaddad au Zamalek en Egypte. A rappeler que les chiffres exacts des transactions ne sont pas détaillés.

Cette tendance d’exportation du joueur local vers des championnats plus huppés ou plus riches illustre un renouveau de la Botola Pro, malgré la frustration des observateurs et des supporters. La victoire de l’équipe nationale des locaux à la CHAN, celle du WAC en Ligue des champions d’Afrique ou encore la qualification en Coupe du monde, après vingt ans d’absence, résonnent dans le même sens. Work in progress…