Société de financement : une reprise à confirmer
13 juillet 2018
Lavieeco (25415 articles)
Partager

Société de financement : une reprise à confirmer

L’APSF a tenu son assemblée générale le 28 juin.

A fin mars 2018, les concours des sociétés de financement ont continué à progresser. Ils se sont bonifiés de 4,3% par rapport à la même période de 2017, à plus de 90 milliards de DH. La continuité, peut-on dire, car l’activité évolue à peu près sur le même rythme. Si l’on considère que la rentrée scolaire, l’Aid Al Ahda et les vacances estivales constituent des moments où les besoins de financement des ménages s’amplifient, il est probable que la hausse de 5,1%, à 168 milliards de DH, réalisée en 2017 soit approchée. Ce secteur reste en effet dominé par le crédit à la consommation qui représentait 29% des engagements des totaux des sociétés de financement durant l’année précédente, soit 48,7 milliards de DH. Abdellah Benhabida, président de l’Association professionnelle des sociétés de financement (APSF), qui a tenu son assemblée générale le 28 juin, à Casablanca, se félicite de l’évolution de l’activité. «Cette hausse, la plus forte depuis les cinq dernières années et supérieure à la croissance des crédits bancaires, confirme que, dans l’ensemble, ces métiers savent répondre à la demande de financement de la consommation des ménages, de l’investissement et de l’exploitation des entreprises. Un seul chiffre suffit à montrer, si besoin est, combien nos métiers sont utiles pour notre économie et quel est leur poids quand il s’agit d’alimenter le circuit économique: plus d’un véhicule sur deux a été financé à crédit en 2017», écrit-il dans le rapport d’activité. Cependant, le secteur, le crédit à la consommation en particulier, souffre de la concurrence des banques qui ne cessent d’innover en concevant des produits pour tous les segments du marché: professionnel, entreprises et particuliers. L’APSF va «porter la réflexion sur les pratiques sur le marché au sens large, le but étant de préserver au métier sa raison d’être et de lui assurer à la fois les conditions de sa prospérité et de sa pérennité». Le président parle aussi de la réinvention du crédit-bail qui va diversifier son offre pour mieux accompagner les clients.