La guerre des chiffres
2 avril 2018
Lavieeco (25415 articles)
Partager

La guerre des chiffres

Depuis quelques jours, on ne parle que de chiffres. Presse écrite ou online, radio, télévision, sans compter le “parlement” des cafés et autres salons feutrés, ont commenté à satiété la sortie du ministre de l’industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique sur les créations d’emplois industriels.

Il contestait en substance les chiffres du Haut commissariat au plan, jugés largement moins élevés que les réalisations effectives. Ce débat nous ramène quelques années en arrière, quand Abdelillah Benkirane, alors chef du gouvernement, était monté sur ses grands chevaux pour contester, lui aussi, le taux de chômage, allant même jusqu’à préconiser la création d’un organisme de statistique sous la tutelle du gouvernement.

C’est connu, tous les ministères, les organismes publics ou privés, dans quelque pays que ce soit, produisent des données de base. Et pour partie, le HCP se nourrit de ses chiffres, en plus de ses enquêtes approfondies conduites suivant des normes universelles, pour produire des statistiques qui sont indispensables à l’élaboration des politiques macroéconomiques et pour les besoins de comparabilité internationale. Mais si chaque institution se mettait à produire ses propres données, cela risque de renvoyer une mauvaise image du système d’information du Maroc. Or, jusqu’à présent, son appareil statistique jouit d’une bonne réputation dans le monde, et est cité en exemple en Afrique et dans les pays arabes.

Si la grande majorité des pays dispose d’un organisme de production de l’information statistique, plus ou moins indépendant du gouvernement, c’est précisément pour un suivi impartial de l’évolution de l’économie et de la société.

M.C.