La FNPI veut une révision de la loi sur les résidences touristiques
19 février 2018
Lavieeco (25422 articles)
Partager

La FNPI veut une révision de la loi sur les résidences touristiques

La Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI) vient de se réunir avec les ministères de l’intérieur et du tourisme pour les sensibiliser à la nécessité de réviser la loi 01- 07 sur les Résidences immobilières de promotion touristique (RIPT).

Cette loi déclare comme RIPT toute résidence appartenant à un ou plusieurs copropriétaires dont au moins 70% des logements sont confiés, pour une activité de location touristique, à une société de gestion qui assure l’homogénéité de la résidence et la permanence de son exploitation. «Depuis la publication de cette loi en 2008, seuls 3 à 4 RIPT classés ont été créés. Le principal frein est le quota minimal de 70%. Nous revendiquons de le baisser à 51%», déclare Rachid Khayatey, vice-président de la FNPI. En réalité, la promotion immobilière touristique est une niche sur laquelle les promoteurs immobiliers souhaitent se positionner dans un contexte où le marché de l’immobilier est morose. «Les RIPT peuvent être implantées dans des zones balnéaires, des stations thermales, de ski ou des villes touristiques telle que Marrakech. Nous avons déjà des marques d’hôtellerie internationales et nationales intéressées par la gestion de résidences touristiques», poursuit M. Khayatey. Autre argument présenté par les promoteurs : les RIPT peuvent contribuer à lutter contre l’hébergement touristique informel (voir page 20) et à garantir la sécurité du pays contre le terrorisme.