La croissance au 1er trimestre 2018 portée par les activités non agricoles
16 avril 2018
Salah Agueniou (1274 articles)
Partager

La croissance au 1er trimestre 2018 portée par les activités non agricoles

La demande globale, intérieure et extérieure, se consolide.

Ralentissement de la croissance au premier trimestre de 2018 : 2,9% de hausse du PIB au lieu de 3,8% durant le même trimestre de 2017. Selon le HCP qui fournit cette estimation, ce recul s’explique par une baisse de la valeur ajoutée agricole de 0,5%, alors que les activités hors agriculture ont crû de 3,2%, stimulées par les services marchands et les activités minières. Ainsi, le secteur tertiaire s’est bien comporté, tiré notamment par le commerce, le transport et les activités touristiques, précise le HCP.
Le secteur secondaire, pour sa part, connaît une bonne orientation sous l’impulsion, outre les mines (+9,5%), des industries manufacturières (+2,4%) et, à un degré moindre par le secteur de la construction (+1%).

Cette offre est soutenue par une demande à la fois interne et externe en amélioration. La demande extérieure adressée à l’économie marocaine, selon le HCP, aurait progressé de 5,2%, ce qui a généré une hausse des exportations de biens (notamment de l’automobile) de 8%. La demande intérieure, également, a évolué positivement quoiqu’en léger retrait par rapport à la même période de 2017. En effet, la consommation des ménages, en progression de 3,6%, a contribué pour 2,1 points à la hausse du PIB au lieu de 2,4 points en 2017. L’investissement, pour sa part, a augmenté de 2,9% contre 5,3 au premier trimestre 2017. Ce fléchissement serait dû au ralentissement de l’investissement en bâtiment, une filière en difficulté depuis 2012. En revanche, l’investissement en produits industriels se serait, lui, accru en lien avec l’accroissement des importations de biens d’équipement (+13,9%) et des crédits à l’équipement (+11%).

Cette dynamique devrait se poursuivre au deuxième trimestre selon le HCP qui anticipe une augmentation du PIB de 3%, porté, comme au premier trimestre, par la valeur ajoutée non agricole.