Education : un plan d’action pour améliorer les compétences des acteurs
20 avril 2018
Lavieeco (25272 articles)
Partager

Education : un plan d’action pour améliorer les compétences des acteurs

Le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) a un plan d’action à court et moyen terme pour qualifier les acteurs de l’éducation, tout

Le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) a un plan d’action à court et moyen terme pour qualifier les acteurs de l’éducation, tout en garantissant leurs droits, afin de leur permettre de mener à bien leur mission et de contribuer à «l’édification d’une école de l’équité et de la qualité». Il a saisi l’occasion de la publication de son rapport sur «la promotion des métiers de l’éducation, de la formation, de la gestion et de la recherche», mardi 17 avril à Rabat, pour inviter experts et acteurs du système éducatif à réfléchir à la problématique. En fait, les conclusions du rapport, dont l’objet est de «proposer un cadre stratégique qui rompt avec les lacunes des politiques et des modèles de gestion antérieurs, tout en veillant sur la capitalisation des acquis positifs enregistrés», ouvrent déjà quelques pistes.

Le CSEFRS met l’accent sur les rôles fondamentaux des acteurs de l’éducation dans la promotion continue de l’école marocaine et l’amélioration de la qualité de l’enseignement, à travers trois piliers: la professionnalisation, la formation et l’évaluation.

Il souligne que la «dynamique du changement escompté» doit reposer sur la professionnalisation, considérée comme un impératif à la qualification des acteurs éducatifs, selon les profils, les missions et les valeurs professionnelles inhérentes aux exigences de la qualité et des attentes de la société ; sur l’établissement éducatif, en tant que structure déterminante dans le développement professionnel, la qualification des métiers ; et sur l’évaluation systématique et multiforme de la performance des acteurs éducatifs, ainsi que le rendement des établissements d’éducation et de formation. Un gros chantier en perspective, à la hauteur de la baisse du niveau du système éducatif public.